Avertir le modérateur

23/02/2009

Sarkozy recule en semant des billets

Sarkozy recule en semant des billets

94° semaine de Sarkofrance. La crise a provoqué une grave défaite idéologique du Président et de son programme électoral. Sarkozy navigue à vue, et surtout à l'esbrouffe, sans vraie cohérence.



Sarkozy recule en semant des billets


La crise économique a sonné le glas du programme présidentiel. Chaque semaine, le président français est contraint au recul : des manifestations bruyantes à chacun de ses déplacements, des ministres ou secrétaires d'Etat désavoués et épuisés, une protestation qui s'étend. La machine sarkozyste s'enraye. Cette semaine encore, Nicolas Sarkozy

Deux secrétaires d'Etat ont cédé ces derniers jours. Yves Jego a dû se réfugier en France, abandonnant la négociation en Outre-Mer à deux médiateurs imposés par le Premier Ministre. Après la Guadeloupe, la Martinique, voici la Réunion et la Guyane qui se joignent au mouvement. Yves Jego a avoué se sentir inutile. Chaque jour de silence présidentiel qui passe a aggrévé la situation. Jeudi, la secrétaire d'Etat à l'Enseignement Supérieur a prévenu : Valérie Pécresse a annoncé «un nouveau texte dans les semaines qui viennent» sur le statut des enseignants-chercheurs. Même Brice Hortefeux a calmé le jeu: il a garanti au Planning Familial le maintien de ses crédits jusqu'en 2011. Nicolas Sarkozy lui a résisté jusqu'au bout. La Guadeloupe attendra. même le mort dans la nuit de mardi à mercredi n'y a rien changé. Mercredi, il ne s'exprimait que sur les protestions sociales, pour concéder un recul minimaliste : «La justice, ce doit être une priorité en ce moment».

Sarkozy_fasciste_sinistre.jpgLe président a ainsi fait semblant de conserver la main. Il a préparé son dossier, finalisé ses mesures, mis en boîte une intervention télévisée qui fut diffusée aussitôt les organisations syndicales parties de l'Elysée. On avait mal compris l'expression présidentielle du 5 février dernier: «je mets sur la table.» On croyait qu'il y aurait débat. Finalement non. Le président a certes avalé une couleuvre, il a posé un genou à terre, c'est bien suffisant. Voici donc 2,6 milliards d'euros de «relance par la consommation», cette fameuse relance, calibrée a minima, que Nicolas Sarkozy ne voulait pas actionner : suppression des deux tiers restants de l'impôt sur le revenu restant à acquitter pour 4 millions de foyers, crédit d'impôt pour 2 millions d'autres, 300 millions d'euros de bons d'achats de services à domicile pour des ménages ciblés et modestes, une prime immédiate de 500 euros pour les nouveaux chômeurs de moins de 4 mois, une augmentation ponctuelle de 150 euros de l'allocation de rentrée scolaire, etc.

Puis, jeudi, le chef de l'Etat a tenté d'effacer un mois de silence présidentiel sur les «évènements»de Guadeloupe: encore une enveloppe, 580 millions d'euros cette fois, qui masque un vrai recul: l'Etat financera bien une hausse de salaire de 200 euros environ. Sarkozy ne lâche pas le mot. Il préfère parler de «prime déchargée» de cotisations sociales» pendant 2 ans. Et il promet de venir sur place, pour inaugurer des «états généraux» de l'Outre-Mer. Mais les DOM sont comme l'environnement, ils ont moins besoin d'un Grenelle que d'actions concrètes. Jeudi encore, il lâchait une promesse de 300 millions d'euros d'aide aux agriculteurs.

In fine, le déficit budgétaire de la France devrait frôler les 90 milliards d'euros en 2009, un record historique. La Commission Européenne enclenché mercredi une procédure pour déficits excessifs contre la France, mais aussi l'Espagne, la Grèce, l'Irlande, la Lettonie et Malte. Pour un pays qui sort d'une présidence européenne comme la Sarkofrance, ça fait désordre, non ? Paris répond qu'il faut bien relancer l'économie...

Sarkozy_FascisteIndex3.jpgMais la justice sociale peut attendre
Au-delà de ses annonces en cascades, le chef de l'Etat n'a en fait cédé sur rien d'essentiel. Il répète à l'envie qu'il comprend les souffrances, qu'il connaît les difficultés. Mais il ne cède pas sur le fonds.

Premièrement
, le monarque a prévenu : «les réformes doivent continuer», et notamment celles de l'hôpital, des lycées, des universités, de la formation professionnelle. Pas touche au bouclier fiscal, aux défiscalisations d'heures supplémentaires, aux offres raisonnables d'emploi, à la suppression progressive des pré-retraites, et aux franchises médicales.... Cette semaine, l'assemblée nationale a d'ailleurs adopté la loi «libérale» de Christine Boutin sur le logement, aussitôt dénoncée par le DAL. Médecins, enseignants, chercheurs, fonctionnaires, retraités, salariés du privé, vous pouvez maintenir votre rendez-vous social du 19 mars prochain !

Deuxièmement
, les engagements de «cogestion» avec les organisations syndicales sont surtout des vœux pieux: Sarkozy demande simplement aux partenaires sociaux de mettre à l'ordre du jour de leurs discussions du second semestre la gouvernance d'entreprise, la réforme des élections prudhommales et l'égalité homme-femme. Lui qui est prêt à réformer «le système financier international» n'ose pas s'aventurer dans les coulisses des entreprises du pays...

Troisièmement
, on dirait que Sarkozy fait semblant de menacer les grandes entreprises, les banques ou leurs dirigeants. A chaque excès un peu trop voyant, il pousse un cri mais s'en remet à leur bonne volonté tantôt du Medef tantôt des actionnaires. Cette fois-ci, il a «invité» les banques à faire preuve de clémence créancières contre les nouveaux chômeurs. Mais le jour même, ce funeste 18 février, deux d'entre elles annoncent des dividendes confortables pour leurs actionnaires. D'ailleurs, Sarkozy n'a rien dit des quelques 6 milliards d'euros de dividendes que l'Etat devrait toucher des entreprises publiques dont il est actionnaire ? Pareillement, il s'en remet aux partenaires sociaux pour négocier l'indemnisation à 75% du chômage partiel.

Quatrièmement
, Sarkozy sape le système fiscal français : en exonérant (partiellement) d'impôt sur les revenus 4 à 6 millions de ménages modestes, il s'attaque à l'impôt le plus redistributif du pays, et évite de parler ... du bouclier fiscal ou de la TVA. Qui a noté que cette mesure coûtera 800 millions d'euros, soit exactement les estimations de remboursement d'impôts au titre du bouclier fiscal pour l'année 2008 ?

Sarkozy_inquietant_GP.jpgIl n'avoue pas son échec idéologique
Elu sur le fameux thème «travailler plus pour gagner plus», Nicolas Sarkozy avait déjà battu retraite il y a un an, un jour de janvier 2008 quand il avouait devant des journalistes souriants que «les caisses étaient vides». Sa loi «Tepa», son «pâté» fiscal, a cumulé toutes les aberrations et les injustices du moment : en défiscalisant les heures supplémentaires, il flingua l'intérim et aggrava la crise de l'emploi plus tôt que chez nos voisins européens. En défiscalisant les intérêts d'emprunt immobilier, il prolongea un peu plus la bulle immobilière avant son effondrement en septembre dernier. En protégeant les plus riches d'un aimable bouclier fiscal abaissé à 50% des revenus annuels, il acheva le mythe d'une révolution conservatrice équitable. Quand la crise «mondiale» frappa les esprits et les bourses, le monarque capitula. Place à la relance «par l'investissement», exit le travail et les travailleurs ! Face à la crise, Sarkozy ne voulait aider que les employeurs et le capital. A l'automne, il tentait de faire bonne figure à l'étranger. Mais la présidence européenne terminée, le roi se retrouve nu comme un vers.

Il ne tire pas les leçons de l'étranger
Il n'y a qu'à observer nos voisins occidentaux pour mesurer les limites de l'action de Nicolas Sarkozy. Primo, le chef de l'Etat a raison de rappeler que la situation française est plus enviable que celles des pays anglo-saxons. Mais il n'y est pour rien. La France conserve quelques filets sociaux que Sarkozy parvenu au pouvoir s'empressait de vouloir détruire au prétexte que «l'Etat est devenu trop lourd."» Secundo, certains de nos voisins ont montré un activisme plus fort et plus déterminé. Aux Etats Unis, Barack Obama vient d'annoncer un plan de 75 milliards d'euros pour venir en aide à 7 À 9 millions de propriétaires américains menacés de saisie de leur logement. Ramené au PIB français (un septième du PIB américain), un tel plan se chiffrerait à 8 à 10 milliards d'euros en France !! Au lieu de quoi, Nicolas Sarkozy se contente «d'inviter» les banques à modérer leurs échéances de remboursement vis-à-vis des foyers frappés de chômage partiel.... Quand on découvre que la BNP et la Société Générale verseront respectivement 900 millions et 700 millions de dividendes à leurs actionnaires contrairement aux annonces présidentielles du 18 février, on mesure mieux combien le chef de l'Etat est entendu... Autre exemple, la lutte contre les paradis fiscaux. Gordon Brown entend attaquer directement les évasions fiscales individuelles vers la Suisse. Nicolas Sarkozy n'a jamais eu cette audace. Il préfère rester flou.

La presse étrangère ne s'y trompe pas. Un éditorialiste du Temps, le quotidien suisse, raille la récente exigence protocolaire du Monarque de figurer à la droite du secrétaire général de l'OTAN en avril prochain pour le 60ème anniversaire de l'organisation atlantique. En Allemagne, Die Zeit pense que Sarkozy doit «se réinventer» dans un pays devenu « ingouvernable». Le britannique Financial Times juge que «l'UMP est hantée par les révoltes sociales de Mai 1968 et les mobilisations sociales de grande ampleur qui ont paralysé le gouvernement de centre-droit en 1995 et 2006».

sarkozy15defrancexv2.jpgIl n'a plus le sens de la mesure
Finalement, Nicolas Sarkozy semble surtout perdre le sens de la mesure. Tous les jours, une anecdote plus ou moins significative révèle que le chef de l'Etat pense à ses proches et alliés, ou à lui même, davantage qu'au pays. Pensez aux symboles de la semaine : la défense d'un ministre ancien consultant pour des dictatures africaines, une grâce pour un ancien fidèle coupable de trafic d'armes, un parachute parlementaire pour le nouveau patron de l'UMP, une augmentation salariale pour un débauché de l'ouverture ; un week-end au ski à Mégève quand la Guadeloupe brûle. Voici «le seul chemin qui vaille», «celui de l'effort, de la justice, du refus de la facilité.» Jeudi 19 février, quand Nicolas Sarkozy s'est déplacé dans un petit village de Maine-et-Loire de 1600 habitants, pour parler d'agriculture, il était accompagné de ... 700 policiers et gendarmes venant du Raid, du GIGN, de l'habituel le GSPR (Groupe de Sécurité du Président de la République), de 4 escadrons de gendarmes mobiles, et des CRS. Quel est donc l'enjeu de s'afficher ainsi sur le «terrain» ?

Cet homme-là a-t-il encore le sens de la mesure ?


Dimanche 22 Février 2009 - 07:00
Juan

19/02/2009

Sarkozy débordé par la crise sociale!

Sarkozy débordé par la crise sociale!

Par Juan. Il ne l'avait pas prévue. Il ne la maîtrise pas. Pire : il doit céder devant elle. La crise économique, c'est le cauchemar de Sarko.



(Photo 58134-flickr-cc)
(Photo 58134-flickr-cc)

Pour la seconde fois ce mois-ci, Nicolas Sarkozy est intervenu à la télévision. Une grosse dizaine de minutes pour tenter de masquer l'irréparable : le chef de l'Etat est débordé par la crise sociale. Idéologiquement, politiquement, sociologiquement. Il a dû céder sur le fond, mais à aucun moment il n'a voulu reconnaître sa défaite.

Il est 20 heures ...
Sarkozy apparaît à l'écran, costume sombre, chemise blanche, cravate noire. Qui enterre-t-on ce soir ? Il lâche un soupir avant de démarrer son allocution: «Nous sommes au milieu de la crise.» Visiblement, il a des informations que nous n'avons pas. Sarkozy s'abrite derrière une belle excuse, «la France résiste plutôt mieux qu'ailleurs». Il omet de dire qu'il n'a pas eu le temps de détruire, en 19 mois de présidence, tous les filets qui nous protègent encore. Pendant quelques minutes à peine, Sarkozy tente de faire oublier sa capitulation. Il récuse toute «politique de facilité» et pense à «nos p'tites entreprises». Pourquoi faut-il que l'ex-maire de Neuilly avale ses syllabes pour faire «populo» ? Quelques minutes plus tard, il lâche sa première contradiction, en parlant de cette «crise mondiale dont personne ne peut prévoir jusqu'à quand elle durera». On croyait en être à la moitié...

Exercice difficile pour celui qui voulait botter les fesses des fainéants et remettre la France au travail, il a dû lâcher. Le voici qui égrène ses mesures sociales et parle de «l'esprit de justice».

592377.jpgSarkozy cède...
Le chef de l'Etat chiffre donc ses mesures à 2,6 milliards d'euros. Près de deux fois plus que le Revenu de Solidarité Active de Martin Hirsch. A peine un tiers du soutien quasi-bancaire accordé à Renault et PSA, la veille de l'annonce par ce dernier de 6 à 7 000 suppressions de postes en France cette année...

Nicolas Sarkozy s'est mis en première ligne. Point de fusible. Par ses annonces, il court-circuite tantôt le Parlement, tantôt les partenaires sociaux, tantôt le gouvernement. Faut-il que le roi soit nu... ou narcissique !

  • Sarkozy remplace le Parlement, quand il décide la suppression des deux tiers restants de l'impôt sur le revenu restant à acquitter pour 4 millions de foyers fiscaux imposables dans la première tranche d'imposition. La belle annonce ! La justice fiscale de ce pays repose (principalement) sur la progressivité de l'impôt sur le revenu. Sarkozy aurait pu décider une baisse de la TVA ciblée sur les biens vitaux, comme la nourriture ou le chauffage.
  • Sarkozy remplace encore le Parlement quand il promet que les syndicats seront désormais associés aux contrôles des aides publiques aux entreprises en difficultés.
  • Sarkozy remplace son gouvernement quand il annonce le versement d'une prime exceptionnelle de 500 euros à tous les chômeurs ayant travaillé seulement deux mois, et d'une prime de 150 euros pour les 3 millions de familles bénéficiant de l'allocation de rentrée scolaire; ou l'octroi de bons d'achat pour 200 euros de services à la personne pour 1,3 millions de ménages modestes (bénéficiaires d'aide à domicile, chômeurs retrouvant un emploi, etc); ou la création d'un obscur fonds d'investissement social doté jusqu'à 3 milliards d'euros pour financer des actions d'«emploi et de formation» pour les salariés en difficulté.
  • Sarkozy remplace les partenaires sociaux quand il décide de porter à 75% du salaire brut l'indemnisation des salariés au chômage partiel.
  • Sarkozy a enfin eu la «révélation», celle de l'«esprit de justice», 5 mois après avoir distribué ou garanti des centaines de milliards d'euros à tout ce que compte le pays de grandes entreprises en difficulté... Les dirigeants de sociétés bénéficiant de soutien public devront renoncer à leur bonus et s'engager à former et recruter... Amen !
Le président botte cependant en touche sur certains sujets qui fâchent : il joue au gauchiste en déclarant qu'une «partie» des «50 milliards d'euros de dividendes des entreprises du CAC 40» pour 2008 doit revenir aux salariés. Et il demande aux partenaires sociaux d'en discuter, sinon,«l'Etat prendra ses responsabilités», sans préciser lesquelles.

«La justice, ce doit être une priorité en ce moment».

Une vraie révélation... non ?

7 minutes se sont écoulées, il n'a pas parlé de la Guadeloupe

... mais masque.
Le président préfère recouvrir ces mesures, si contraires à son programme, d'un traditionnel vernis de campagne : il pense «à ceux qui travaillent dur pour faire vivre leurs familles» ; il ajoute qu'«il faut continuer à revaloriser le travail». Il clame encore que remettre «la valeur travail au coeur de notre économie est une nécessité». Le voici même qui rappelle et menace : «les réformes doivent continuer», et notamment celles de l'hôpital, des lycées, des universités, de la formation professionnelle. Pire, l'Etat est «devenu trop lourd». Tel un fauve blessé, il crie encore qu'il nous propose «le seul chemin qui vaille», "«celui de l'effort, de la justice, du refus de la facilité.»

nicolas-sarkozy-est-mort.jpgLa messe est dite. Sarkozy est le Chirac autiste de décembre 1995.

Il est bientôt 20h10, Nicolas Sarkozy n'a pas parlé de la Guadeloupe. C'est normal, «aujourd'hui c'était ma réponse» aux inquiétudes sociales, prévient-il. Les Antilles, c'est demain. Jusqu'au bout, il veut montrer qu'il maitrise l'agenda, qu'on ne lui impose rien. Les Antillais attendront bien 24 heures de plus.

La crise économique a sonné le glas du programme présidentiel idéologique. Élu sur le thème fameux «travailler plus pour gagner plus», Nicolas Sarkozy avait déjà battu retraite il y a un an, un jour de janvier 2008 quand il avouait devant des journalistes souriants que «les caisses étaient vides». Il y a 5 mois, quasiment jour pour jour, la banque Lehman Brothers disparaissait. On a attendu Nicolas Sarkozy 10 jours durant, avant qu'il ne réagisse à Toulon fin septembre. Le monarque était tétanisé par une crise qui le dépasse et qu'il a aggravée. Depuis 5 mois, il résiste. Il avait fait la réponse traditionnelle de la droite face à la crise : il faut sauver les entreprises pour sauver vos emplois. C'était «le plan de relance par l'investissement» .
Mercredi 18 février, il a cédé. Il a dû jouer «social» et mettre un genou à terre.

Un genou seulement.


Jeudi 19 Février 2009 - 07:00

17/02/2009

ARROGANCE

Arrogance

 

Le pire, face à l’effondrement du système dans lequel nous vivons depuis plus de cinquante ans, est l’incapacité de se remettre en cause exhibée par ceux qui en ont bénéficié. Au déni de réalité – la croyance stupide suivant laquelle les marchés allaient « s’autoréguler » - a succédé la conviction que les responsables et les coupables sont les mieux placés pour nous dire ce qu’il faut faire.

Le signal envoyé par les « élites » est clair : plutôt mourir que changer. Ainsi, lorsque Nicolas Sarkozy a déclaré « quand on voit la situation de la City et aux Etats-Unis, on n’a pas envie de leur ressembler », pour ensuite critiquer Gordon Brown, tout ce que l’Europe compte de bonnes âmes lui est tombé dessus. Les mesures prises pour sauver notre industrie automobile, défendues à Bruxelles par François Fillon, ont été qualifiées par la commissaire européenne à la Concurrence, Nelly Kroes, de « rhétorique protectionniste ». Cependant, Nicolas Sarkozy et François Fillon, même s’ils résistent, restent incapables d’articuler un projet cohérent de sortie, car ils sont eux aussi prisonniers des intérêts et de la règle du jeu qu’ils prétendent combattre.

Alors ils font d’abord preuve d’arrogance verbale puis, quand ils ne parviennent plus à se faire entendre ni de leurs peuples ni de leurs troupes, ils nomment des « médiateurs ». Xavier Darcos, Valérie Pécresse et Yves Jégo en ont été affublés, non parce qu’ils ont personnellement démérité, mais parce qu’ils sont pris dans les filets d’une impuissance qui passe par-dessus leurs têtes.

Les Français et les Françaises l’ont compris : c’est le Président de la République lui-même qu’ils visent. Réalisé les 6 et 7 février, le baromètre Ipsos-Le Point révèle que Nicolas Sarkozy a perdu neuf points de popularité dans la tourmente. Alors, faute de s’attaquer aux causes, qu’il connaît bien, il désigne des boucs émissaires. Le 22 janvier à l’Elysée, il s’en est ainsi pris aux enseignants-chercheurs avec des mots inutilement blessants, même de son point de vue : « A budget comparable, les chercheurs français publient de 30% à 50% de moins qu’un chercheur britannique dans certains secteurs. Evidemment, si l’on ne veut pas voir cela, je vous remercie d’être venus, il y a de la lumière, c’est chauffé. »

Triste aveu de faiblesse, qui a déclenché une colère générale. En Guadeloupe et en Martinique, le cas de M. Jégo, envoyé, rappelé puis renvoyé, témoigne d’une même incapacité à faire face à une crise.

La vérité est que l’Unedic prévoit 282000 chômeurs de plus en 2009 et qu’il y en aura bien davantage si rien n’est fait. La vérité est que la chute du produit intérieur brut gagne toute l’Union européenne. La vérité est que les classes moyennes sont à leur tour frappées. La vérité est que l’on sacrifie le long terme (recherche, hôpital, éducation…) à la rentabilité financière.

Alors ? Alors, faute de sursaut, la décomposition économique et sociale continuera. Des entreprises comme Eco-Emballages pourront continuer à jouer sur les casinos financiers l’argent appartenant aux collectivités locales, les directeurs d’agence bancaire à harceler leur personnel, la souffrance au travail s’accentuera et le chaos deviendra inéluctable. Cela nous concerne tous. Ne pas s’engager, dans ces moments, est pire qu’un crime, une faute d’omission.

Jacques Cheminade

 

12/02/2009

Dézinguage en règle du charabia sarkozyste

Dézinguage en règle du charabia sarkozyste

Jean-François Couvrat, ré-informateur économique sur le blog Déchiffrages, commente l'intervention présidentielle du 5 février dernier. Et dénonce les chiffres frelatés du discours et le n'importe quoi de la réflexion sarkozyste.

Lire la suite

06/02/2009

Avec Sarkozy, tout change mais rien ne change

Avec Sarkozy, tout change mais rien ne change

Le chef de l’Etat a fait mine de découvrir les vertus du dialogue social en expliquant que tout se déciderait lors d’une réunion des partenaires sociaux le 18 février prochain. Tout en promettant de poursuivre les réformes contre lesquelles la rue a protesté.



(Capture écran France 2)
(Capture écran France 2)

La protestation massive qui a parcouru les rues de France le 29 janvier dernier serait-elle arrivée jusqu’aux oreilles du chef de l’Etat ? En apparence, oui. Lors de l’émission « Face à la crise », Nicolas Sarkozy l’a joué profil bas et a fait mine de découvrir les vertus — qui lui était jusque-là inconnues — du dialogue social. À presque chaque question qui lui était posée en introduction, le locataire du Palais de l’Elysée n’a eu de cesse d’expliquer que tout se déciderait le 18 février prochain lors d’une réunion des partenaires sociaux.

 

Du coup, celui qui a l’habitude d’avoir réponse à tout, n’avait réponse à rien… Le chômage des jeunes ? Il confie vouloir faire plus mais se garde bien de dire quoi ! Pour venir en aide aux classes moyennes ? Il explique avoir en tête « plusieurs pistes » mais se refuse à « trancher ». Et le partage des dividendes ? Il avance « la règle des trois tiers » mais se presse d’ajouter : « C’est un ordre d’idée. Il faut garder de la souplesse dans tout ça. » Et s’il « faut garder de la souplesse » c’est, affirme-t-il, parce que doit avoir lieu cette fameuse réunion du 18 février.

 

C’est beau un homme politique qui, à l’âge de 54 ans, découvre enfin les vertus du dialogue social ! Sauf que le dialogue social à la sauce Sarkozy, ça donne avant tout un dialogue social de sourds. Car dans le même temps, le président de la République a expliqué que « les réformes [restaient] d’actualité » : « Evidemment qu’on va continuer de réformer. (…) C’est la seule solution pour que la France sorte plus forte de la crise que quand elle y est entrée. (…) Je dois écouter les manifestants mais j’ai un mandat pour que le pays soit plus compétitif. » Les manifestants et les syndicats demandent un plan de relance axé sur la consommation. Le Président, lui, maintient son plan de relance fondé sur l'investissement. Nicolas Sarkozy se trompe : les manifestants, il entend volontiers leur grogne mais il ne les écoute surement pas…

De plus, sous pretexte de faire prendre ces responsabilités à l'état, il a avoué de faire passer par la loi, toutes réformes n'ayant pas pu etre validé par tous. Je retiendrais donc 2 choses importantes dans son discours sur la crise : 1er il va continuer contre vents et marées ses réformes et 2eme, comme il le dit au tout debut de son discours, à propos de la réaction du dame (voir la video: minutes 3.27), ce sont bien les francais qui payeront la crise !

 


Jeudi 05 Février 2009 - 21:34

30/01/2009

Lettre ouverte (et violente) à Sarkozy

Lettre ouverte (et violente) à Sarkozy

A la veille de la grande manifestation du 29 janvier, le blogueur SuperNo (jamais content, jamais d'accord, mais toujours prêt à le dire!) se lâche sur le président. Une charge représentative d'un certain état d'esprit que l'on devrait retrouver dans les manifestations de la journée.

Mais putain, tu vas te casser, à la fin ?

Tu ne comprends décidément rien ! Tu ne vois pas ce que tu nous as fait ? Tu ne vois pas que la France entière est dans la rue ?

Tu étais peut-être resté sur ta petite déclaration autosatisfaite : “Désormais, quand il y a une grève en France personne ne s’en aperçoit”, qui vous faisait pouffer, toi et tes copains du Medef quand vous chipotiez du groin devant une coupe de champagne millésimé et quelques toasts au caviar. Eh bien les choses ont changé, comme tu le vois.

casse_toi_pov_con.jpgPeut-être pensais-tu, vraiment très naïvement alors, que tes envoyés spéciaux sur les ondes, Eric Woerth ou Laurence Parisot, qui emploient étrangement les mêmes termes, avaient la moindre chance de calmer la clameur populaire avec leur tes boniments à deux balles, du style “En période de crise, il faut être solidaire et se serrer les coudes, au lieu de descendre dans la rue”, ou alors “Si les salariés du privé ne sont pas au boulot le 29 janvier, c’est à cause des grèves dans les transports, et surtout pas parce qu’ils sont grévistes eux-mêmes“ ? On est sans doute un peu cons, mais faudrait tout de même voir à ne pas trop nous sous-estimer !

Tiens, la crise, parlons-en, de celle-là. Tu te lamentes sur le fait qu’elle t’a déjà pourri le quinquennat, qu’elle a coupé tes petites ailes au moment où tu voulais t’envoler. Mais pauvre bille, la crise, c’est toi et tes semblables qui l’ont créée ! Mais oui, c’est toi le père, mon gars, assume ! Cette crise, c’est la preuve par A+B que le capitalisme est fou, que le libéralisme n’a d’autre but que de faire monter les profits jusqu’à l’infini sans le moindre égard pour ceux qui les créent (c’est à dire essentiellement les travailleurs) et pour l’environnement dans lequel nous vivons. Tu l’as renié, le capitalisme ? Tu l’as renié, le libéralisme ? Quoi, le G20 et “la refondation du capitalisme“ ? Ouah, le foutage de gueule ! Même ton pote DSK vient de dire que rien n’avait changé depuis ton G20 ! Alors ferme ta gueule et aie au moins la décence de reconnaître ta part de responsabilité.

Ca ne t’interpelle pas de voir tous ces gueux dans la rue ? Pourtant, beaucoup d’entre nous avions voté pour toi… Faut-y être con, au passage ! On avait cru, pauvres andouilles, que tu allais t’intéresser à nos petits problèmes, à nos petits salaires, à nos petites retraites, à nos petits tracas quotidiens… Mais on a bien vu qu’il n’y a que les rupins qui t’intéressent ! En dessous d’un million d’euros, on ne compte même pas pour toi, on n’est qu’une merde, un raté ! Sauf que ça doit pourtant être 99.9% de la population, excuse du peu… Alors ton cinéma au Fouquet’s, ton yacht, tes vacances chez les milliardaires, ta Rolex et tes poules de luxe, on en a ras la casquette !  Et s’il n’y avait que ta vie privée : en politique, c’est kif-kif ! Ta première mesure a été le paquet fiscal, tellement scandaleux qu’on se demande comment on a pu laisser passer ça… Et tout ce que tu as fait depuis, faut pas croire, on a bien vu que ce n’était que pour avantager tes copains milliardaires des médias, des multinationales, des banques…

Non, nous ne sommes pas tous dans la même galère. Ou alors si, mais ce sont toi et ceux de ta clique qui tiennent le fouet, et nous qui ramons  ! (merci au syndicaliste CGT de chez PSA qui a sorti ça chez Demorand ce matin …)

Tu crois qu’on te trouve crédible, pour nous sortir de la crise ? Tu crois qu’on va se prosterner à tes petits pieds quand on te voit dépenser de nouveaux paquets de milliards d’argent public (c’est à dire qui NOUS appartient !) pour tes potes banquiers, ou alors pour tes amis “entrepreneurs”, qui se servent du prétexte de la crise pour licencier, anticipant les “plans sociaux” déjà planifiés, et ainsi atteindre les objectifs d’augmentation de productivité dictés par tes camarades actionnaires ? Tu crois qu’on va te vénérer quand dans le même temps tu rognes nos retraites (que tu voudrais qu’on repousse à 70 ans, après avoir bossé toute notre vie y compris le dimanche !), nos remboursements de sécu ou que tu supprimes nos lycées, nos bureaux de poste, nos tribunaux et nos hostos, au nom du libéralisme et de la sacro-sainte “rentabilité” ? Le même libéralisme qui fait monter les loyers au prix du caviar, tout comme les fruits, les légumes et la bidoche, alors que dans le même temps les producteurs n’arrivent même plus à vivre de leur boulot ?

sarko-grimace.jpgEt la planète de demain que tu nous prépares, hein ? C’est bien beau de minauder devant Al Gore ou à la tribune de l’ONU ! C’est bien beau d’envoyer des écrans de fumée avec ton “Grenelle de l’environnement” ! Mais la réalité elle est là : tout ce qui t’intéresse, c’est la production, la croissance, la consommation… Les bagnoles, les autoroutes et les centrales nucléaires ! Et surtout le pognon que tes potes vont en retirer. Le voilà, ton environnement. Pendant ce temps-là les gueux se lamentent devant les tempêtes, les bobos se lamentent devant les ours blancs qui disparaissent, et tout le monde mûrit son cancer en bouffant des OGM ou des pommes avec 27 couches de pesticides.

Tu crois que ça s’est pas vu, tes atteintes à la démocratie et aux libertés ? Tu crois qu’on est tous des fachos, et qu’on trouve ça bien, d’enfermer des femmes, des enfants, des pauvres gens, dans d’infâmes et honteux centres de retention, avant de les renvoyer à leur misère dans un pays lointain? Tu crois qu’on est d’accord avec ta  façon de t’asseoir sur le résultat des référendums européens, ta volonté de nommer toi-même des directeurs de chaînes publiques à ta botte (ceux des chaînes privées le sont évidemment déjà), et de supprimer les juges d’instruction qui pourraient farfouiller dans tes petites affaires ou celles de ceux qui te sont chers ? Ta manière d’embastiller de doux rêveurs gauchistes en les traitant de “terroristes” ? Ton obsession de discréditer les organisations syndicales en les qualifiant d‘“irresponsables”, comme un écho à tes potes de TF1 qui les traitent de “preneurs d’otages” ? Tu crois que ça va passer comme ça, comme si de rien n’était ? Tu crois que c’était malin de libérer en loucedé ton pote le barbouze Marchiani en pleine période de Noël, pendant que la France est occupée à fourrer sa dinde et à racler son porte-monnaie pour acheter un GPS à la tante Ursule ? En tout cas, tout le monde va pouvoir constater que tes rodomontades sur le service minimum, c’est du flan, comme 99% de tes mesures, petit matamore des bacs à sable !

Et puis t”as pas honte de nous infliger à la télé des gros nazes comme Frédéric Lefebvre, Christine Lagarde, Brice Hortefeux, Bernard Kouchner, Rachida Dati, Xavier Darcos, Luc Châtel, Eric Besson, Roselyne Bachelot ou Bernard Laporte (liste non exhaustive) ? Tu ne croyais quand même pas qu’avec leur morgue, leur incompétence, leur veulerie, voire leur ridicule, ils allaient contribuer à ta popularité ? Ou alors les aurais-tu choisi aussi nuls pour te mettre en valeur ? Tu en es bien capable !

982374-1226047.jpgTu as surtout cru que l’insondable nullité et le discrédit total des “socialistes” te donnait un boulevard pour exercer impunément tes coupables activités jusqu’en 2012, voire au-delà ? C’est vrai que vu le niveau de celle que les médias t’ont imposée comme adversaire, l’élection n’avait pas été trop pénible, et que tu t’es bien amusé avec eux depuis lors ! Non mais franchement, tu ne crois pas qu’on peut s’en passer, des “socialistes” ? Fais gaffe, mon p’tit gars, une nouvelle opposition pourrait bien se lever, qui pourrait être un peu moins accommodante pour toi et tes combines !

Tu ne vois pas que même dans ton camp ils commencent à comploter dans ton dos, ceux-là même qui te léchaient si ostensiblement le fion tant que tu étais en réussite ? Méfie-toi, p’tit bonhomme ! Bientôt, ils vont faire mine de ne plus te connaître, et ils n’attendront plus que le moment de te piétiner, de te lyncher, simplement pour te piquer ta place… et faire naturellement la même politique que la tienne, car ils n’en connaissent pas d’autre et n’ont aucun intérêt à en imaginer une autre, puisque celle-ci leur réussit si bien…

Au plan international, tu as profité de la déchéance de Bush pour jouer au roi du Monde. Mais c’est fini, Obama est là maintenant, et à côté de lui tu as parfaitement l’air de ce que tu es vraiment : un petit minable sans importance, un paltoquet sans envergure qu’aimerait bien avoir l’air mais qu’a pas l’air du tout… Et puis franchement, tu crois que tu t’es grandi à fricoter ostensiblement avec Kadhafi, Bongo, Poutine, Al Assad et même Bush ? Ou à baisser ton froc devant Hu Jintao pour lui fourguer des airbus et des centrales nucléaires ?

Allez, ouste ! Du balai, on ne t’a que trop vu ! Ecoute la rue, écoute le petit peuple, entends ce troupeau de purotins qui gueule son désespoir, et retourne dans ton petit cabinet d’avocats de Neuilly ! Il se trouvera bien quelques-uns de tes anciens amis, ceux qui ont leur siège social près de chez toi, pour avoir pitié et te garantir quelques millions d’honoraires, pour te permettre de payer ton loyer, de rester propre et de continuer à faire semblant…

Plus dure sera la chute, pauvre présomptueux ! Tu ferais bien de commencer à surveiller l’agenda de Carla, à lire ses SMS en douce… Ce genre de nana, ça ne supporte pas les losers. A bon entendeur !

Jeudi 29 Janvier 2009 - 07:56
SuperNo

14:01 Publié dans sarkozy | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, pauvre con, superno

27/01/2009

Crise: Royal appuie là où ça fait mal

Crise: Royal appuie là où ça fait mal

Ségolène Royal a attaqué la politique sarkozyste sur deux points faibles du Président: le paquet fiscal et les aides aux banques.

 


Démagogue, populiste... Certains de ceux qui ont écouté ce matin Ségolène Royal répondre aux questions de Jean-Michel Aphatie, doivent penser que l'ex-candidate n'a guère muri depuis sa campagne. Ils se trompent peut-être : ce matin, Ségolène Royal a souligné deux faiblesses manifestes du pouvoir : le paquet fiscal et l'aide aux banques.

Le paquet fiscal : les caciques de l'UMP ont beau détailler le paquet fiscal, souligner que le bouclier fiscal ne pèse que quelques centaines de millions d'euros, que le financement des heures supplémentaires ou le logement représentent des sommes supérieures, cette dernière mesure a coloré tout le dispositif. En augurant son quinquennat par un geste qui est apparu comme profondément inégalitaire, le Président est apparu comme l'otage des riches, surtout quand cette séquence se confond avec des symboles dits bilng bling comme le voyage sur le bateau de Bolloré ou le voyage américain de Wolfeboro.

Deuxième erreur du Président, l'aide aux banques. Là encore, les ministres ont beau se montrer pédagogues, expliquer qu'il convient de distinguer la mobilisation de 340 milliards en garantie des engagements bancaires des aides (10 milliards) consenties aux banques pour soutenir leurs capitaux propres, les Français ont du mal à comprendre ces subtilités. Ce qu'ils constatent est que les banques ont commis des erreurs de gestion, qu'on leur apporte des concours alors même que ces mêmes banquiers leur imposent des prêts à 18% pour changer de voiture, comme l'a déclaré habilement Ségolène Royal au micro d'Aphatie.

Ces deux errreurs majeures - le bouclier fiscal et l'aide aux banques - légtiment la manifestation de jeudi. Elles donnent le sentiment que le gouvernement actuel, quoiqu'il en dise, est, pour le  moins, l'otage des riches et des grands groupes. Surtout quand les aides distribuées aux uns et aux autres le sont sans condition : il ne suffit pas de recommander aux banques de continuer à prêter aux PME et aux particuliers, encore faut-il que ce soit à des conditions acceptables. Il ne suffit pas de clamer qu'on veut faire un parti populaire et aider les ouvriers et les PME. Il faut aussi donner le sentiment que les mesures prises leurs sont allouées en priorité.

Mardi 27 Janvier 2009 - 07:58
Philippe Cohen

25/01/2009

2009 : n’ayons pas peur ! Voici les pistes pour changer de système

2009 : n’ayons pas peur !
Voici les pistes pour changer de système

cheminade.jpg2009 sera l’année de tous les périls. Mais elle peut aussi être une année exaltante si nous prenons le taureau par les cornes, car c’est seulement dans des conditions de crise systémique qu’il devient possible de changer de système.

 

Contrairement à ce qu’affirme Eric Besson, organisateur du colloque de Nicolas Sarkozy et Tony Blair sur le Renouveau du capitalisme, qui s’est tenu les 8 et 9 janvier, le souffle de la crise systémique est loin d’être passé. Avec 161 000 chômeurs de plus pour les quatre derniers mois de 2008, sans compter les plans sociaux qui ne seront comptabilisés qu’en 2009, nous faisons face à une terrible dépression. La contraction brutale du crédit, répercutée par les banques aux entreprises et aux particuliers, a provoqué un effondrement des ventes dans les secteurs de l’automobile et de la construction, précipitant à leur tour dans la crise la production d’acier, la chimie et pratiquement toute l’économie.

L’insolvabilité des entreprises et des particuliers a un effet boomerang sur le secteur bancaire, entraîné dans un véritable maelström financier. Que peut donc faire le citoyen lambda, direz-vous ? La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même, répondait Franklin Roosevelt à ses concitoyens, lors de la grande dépression des années trente. Ces temps de tempête sont en effet ceux qui éveillent en nous l’instinct moral et la force de caractère pour surmonter les périls.societe-generale.jpg

Au lieu de chercher à sauver ce système moribond ou à le rafistoler en saupoudrant ici ou là un peu de Keynes, comme le fait le gouvernement Sarkozy, saisissons cette occasion pour en créer un nouveau. Le scandale Madoff, après les affaires Enron, Kerviel et Lehman Brothers, confirme que l’escroquerie fait partie intégrante d’une règle du jeu que l’on doit changer.

Pour déblayer le terrain avant de reconstruire, l’on doit convoquer une commission d’enquête parlementaire, inspirée de la Commission Pecora, créée par Franklin Roosevelt afin de déterminer les responsabilités de JP Morgan et d’autres banquiers dans la crise de 1929. Ses travaux susciteront l’adhésion populaire et feront apparaître aux yeux de tous les fondements d’une solution : 1) mise en banqueroute organisée des dettes spéculatives du système, en préservant l’épargne populaire et les crédits à la production ; 2) réquisition temporaire des banques permettant d’entamer le processus ; 3) rétablissement de la capacité souveraine de l’Etat d’émettre du crédit productif public pour financer de grands projets d’infrastructures, stimulant la création d’emplois qualifiés à l’échelle de l’Eurasie, dans le contexte d’un Nouveau Bretton Woods, avec des parités fixes entre monnaies.le_jour_ou_la_france_a_fait_faillite.jpg

L’odeur de poudre et de mort venant de Gaza nous montre ce que le tigre blessé – l’oligarchie financière internationale basée à la City de Londres et à Wall Street – est prêt à faire pour tenter de sauver sa peau en jetant les peuples les uns contre les autres. La mise en place de holdings bancaires, à l’image de l’Italie de Mussolini, est révélatrice de la politique financière prédatrice de cette oligarchie.

Un espoir nous vient aujourd’hui d’Amérique, où le nouveau président Barack Obama et son ancienne rivale devenue sa secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, se sont tous deux déclarés en faveur d’une solution rooseveltienne à la crise. Prenons-les au mot et intensifions la pression, en Amérique et dans le monde. Notre réunion, ici, est un maillon de la chaîne.

Bien avant les autres, nous avons dénoncé les causes de cette crise et avancé les solutions. Rejoignez notre combat, en devenant vous-même acteur dans le drame qui se joue !

La réunion se déroulera de 14h à 20h30, avec des interventions de nos invités allemands, de maires de communes affectées par la crise et de Jacques Cheminade. Tout au long de l’après-midi, notre priorité sera de laisser du temps pour qu’un dialogue puisse se nouer avec la salle. Alors, vous aussi, venez préparé(e) à faire avancer le débat et soyez un élément de la solution.

VOICI UN PETIT BONUS CADEAU OU COMMENT PAYER CES DETTES !!!

 

 

14/01/2009

Sarkozy veut une place pour son fiston Jean à la tête de l'UMP 09/01/2009

sarkozy-ump-92.jpg

Sarkozy veut une place pour son fiston Jean à la tête de l'UMP 09/01/2009

Jean Sarkozy, 22 ans, fils du président, pourrait accéder rapidement à un poste national, dans plus hautes sphères de l'UMP, le parti de son Papa. Ce sont Les Echos qui l'affirment. « Nicolas Sarkozy, qui réfléchit à la réorganisation de l'UMP, vient en tout cas de lui proposer le poste de secrétaire général adjoint de son parti, en remplacement de Xavier Bertrand qui va devenir secrétaire général ». L'Elysée assure toutefois que le président n'est pas intervenu directement. On aimerait y croire. Pour l'instant, le fils prodigue aurait refusé cette proposition. Réponse le 24 janvier, date à laquelle l'UMP tient son conseil national.

Régis Soubrouillard

 

 

17:45 Publié dans sarkozy | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, jean, ump, parti, politique

Élimination systématique de tout contre pouvoir en France

 

logo_dictature.gif

Élimination systématique de tout contre pouvoir en France.

dictature_moderne.pngSi c'est pas de la dictature, ça y ressemble beaucoup, non !?
Ça en a le gout, ça en a la couleur, alors à qui veut-on faire croire, que ce n'en est pas ?

C'est pourtant ce qu'on peut constater depuis un moment, sur les différentes actions menées par  sarkozy et sa majorité.

Commençons tout d'abord par l'indépendance financière et la liberté d'expression perdu, du service publique de l'audiovisuel, qui aujourd'hui n'existe plus. En effet, toutes décisions sur la mise en place ou le limogeage du patron de France télévision et du directeur des programmes et de l'information, se fera maintenant par le président de la république, lui même .De plus, le financement budgétaire de France télévision dépendra uniquement du secteur privé audio visuelle et des opérateurs de téléphonie, et donc des amis personnels de sarkozy. Sans compter qu'à ce jour, le groupe est devenu un nouvel outil de propagande pour sarkozy, contrôlé par lui même.(lire dans ce blog: fin de la pub et début de la propagande)

justice.jpgPassons à la justice, qui aujourd'hui va perdre son indépendance, à cause de la suppression des juges d'instructions. Il est vrai qu'il y a eu quelques erreurs judiciaire, ou encore quelques abus de la part de certains juges, un peu trop zélés. Mais l'erreur est humaine, de plus ça n'a jamais était une généralité. Par contre, aujourd'hui nous assistons à l'élimination pur et simple du contre pouvoir judiciaire, qui pouvait encore mettre en examen certain politique ou grand patron. Ce qui ne sera bientôt plus le cas, puisque la justice dépendra maintenant du ministère, du procureur de la république et donc de l'État. fini l'impartialité , fini la neutralité judiciaire, sarkozy a tous pouvoirs pour mettre en examen ou jeter en prison qui il veut !!Et ca, s'est sans parlé de ce nouveau système basé sur le modèle americain, qui permettra seulement au gens qui ont de l'argent, de se defendre, payés leurs cautions....Faisons une minute de silence pour la mort de notre justice !

Passons maintenant aux droits réduits du parlement, qui se voient limités dès "demain", sur le temps de débat et l'interdiction d'émettre des amendements "non justifiés", qui soit-disant font obstruction à la bonne marche du pays!! mais alors ou est la liberté d'exprimé une opposition à certain projet de la majorité? si au niveau du travail législatif, l'opposition se voit retirer toute l'attitude d'argumentée leurs idées contraire; est ce que cela veut dire que la majorité pourra faire passer ce qu'ils veulent, non plus de force, mais de façon naturel ?
Dans ce cas, pourquoi avoir une opposition? En même temps, elle n'est pourtant pas si présente que ça, mais faut croire que c'est encore trop pour cette majorité, qui à pourtant main basse sur la présidence, sur le gouvernement, sur l'assemblé, sur le sénat, enfin bref sur l'ensemble de nos institutions.dictature-democratie.gif

hopital.jpgInutile d'en dire plus, sur les agissements de cette majorité, qui me semble très inquiétante, qui en gros impose tout à tous les niveaux.
Sans parler des prochains projets sur la reforme de l'éducation, ou des milieux hospitalier......on est mal barré, c'est moi qui vous le dit !!!
Bienvenue dans Sarkoland ,bye bye la démocratie et bonjour la dictature!!

12/01/2009

Le retour du vacarme sarkozyen

Le retour du vacarme sarkozyen

Cette 88ème semaine de Sarkofrance a peut-être été supportable pour les sourds et les malentendants. Mais pour les autres, le vacarme orchestré (si on peut dire…) par le président a atteint un degré de décibels inégalé. Pour quoi faire? Rien. Comme d'habitude.

Lire la suite

07/01/2009

Sarkozy ex-president de l'Europe et nouveau Roi des Cons

Qui peut dire à Sarkozy, qu'il n'est plus à la presidence de l'Europe?? non, serieux, y a personne?

Car quand bien meme, son initiative part d'un bon sentiment, de quoi se mêle t-il !?

De quel droit, parle-t'il au nom de l'Europe!! Croit-il que c'est à vie, la fonction de président Europèen??!!

De plus, quel manque de respect, pour l'actuel président de l'Europe. Sarkozy ne se rend pas compte, que ca fait de lui un dissident de cette soi-disant unité, en agissant de la sorte !?

Et puis s'il y a bien une personne qui sait que l'Europe est loin d'etre unis, c'est bien lui, non !?

Alors pourquoi parle-t'il d'unité Européenne, simplement justifié et incarné par sa présence ?

Ou alors il est encore plus con que je pensais !!D'ailleurs ,il n'a même pas eu la féve cette année et il veut toujours porter la couronne, il est dont vraiment le roi des cons !!!!  ALLEZ CASSE TOI PAUV'CON !!!

sarko-grimace copy.jpg

11:01 Publié dans sarkozy | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, europe, president

05/01/2009

Ce qui nous attend à partir de 2009


Ce qui nous attend à partir de 2009, ou la situation de la crise, pour les nuls !

Je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvaise augure, ou encore moins me prendre pour un oracle, mais il me semble que l'année 2009 va être le début de la fin "consciente" de notre civilisation, tel que nous la connaissons. Je m'explique; je dis consciente, car le processus à déjà commencer déjà depuis plus d'une vingtaine d' années, dans une inconscience totale et collective, ou presque.
Mais aujourd'hui, les esprits des gens dans le monde, semblent s'éveiller sur la dur réalité qui nous attends, dû à la médiatisation de cette crise, que nous vivons tous malgré nous, mais qui ne peut assurément ne plus être caché du public.
On se réveille avec la gueule de bois, après cette période des 30 glorieuses, dont il faudra d'ailleurs changer le nom, tant l'immoralité sur les marchés s'y sont installés sournoisement !

Quel est la situation réelle en ce début d'année 2009 ?
L'effondrement du système monétaire et financier international s'étend et s'accélère....

Lire la suite

02/01/2009

Pas de permis pour les incendiaires

sarko dessin 1.jpg

 

 

 

 

 

 

Voici la nouvelle idée débile de notre president Sarkozy !!

il voudrait interdire aux incendiaires de voiture, de pouvoir passer leur permis de conduire, tant qu'ils n'auront pas remboursés les victimes.

je pensais qu'il y avait des lois, une justice qui existait déjà dans notre pays!!

Il y a d'ailleurs, me semble t'il, des sanctions prevus par la loi, comme des amendes, ou meme des peines de prison, ferme ou avec sursis.
De plus il y a aussi un suivis sur l'application des peines.

Alors pourquoi vouloir subordonnée la justice elle-meme, tout en bafouant un droit civique ?

Est-ce que de supprimé un droit elementaire de liberté d'un citoyen, comme passer son permis de conduire est juste ou approprié, à cause d'un delit ?

Pourquoi pas dans ce cas, interdire le droit de vote aussi, ou encore créer et  mettre ces jeunes sur une liste de non-citoyen ?

(Merde, faut que j'arrete là, il serait capable de le faire !!!)

j'ai vraiment l'impression de vivre en afrique depuis quelques temps, à cause du net recule des droits que nous subissons.

En tout cas, il ne crois pas ou ne comprendre rien du tout à la justice et à son fonctionnement. Etonnant pour un ex-avocat !!

Il est vraiment un mauvais homme de loi, un mauvais president et un mauvais educateur, si son intention etait de responsabilisé les jeunes sur le civisme.

En conclusion, je dirais qu'il va pouvoir encore plus marginalisé ces jeunes de cité, alors qu'ils avaient déjà du mal à se projetés dans l'avenir, en leur coupant définitivement tout moyen de pouvoir s'incerer dans la société et d'avoir un sens civique.

C'est ca son nouveau monde, faire de la France le pays qui respecte le moins les droits des citoyens??

"C'est le type même d'annonce qui est d'une inefficacité totale", a commenté le président de l'Union syndicale des  magistrats (USM, majoritaire), Christophe Régnard.
"Quand on est  capable de violer la loi au point de brûler une voiture, je pense qu'on la violera aussi en conduisant sans permis";

24/12/2008

le pragmatisme de Sarkozy......

ah ca, on veut bien le croire qu'il est pragmatique notre president. il sait joindre l'utile à l'agreable, comme au bresil en ce moment.

797174-956530.jpgMais non content de prendre un pouvoir total sur le service publique, il n'oubli pas d'aider en meme temps, ses petits copains du CAC40 à faire remonter les actions de leur groupes respectifs, apres une nouvelle annonce.

En effet, Mr Sarko pense que France television ne doit pas dependre de la publicité, car l'approche des medias publiques ne doivent pas etre mercantile !! ha ha ha voilà autre chose, le roi du capitalisme qui prone une gestion et une politique d'anti-capitaliste, enfin pas pour tout le monde !! Donc c'est decidé, plus de publicité DU TOUT et on oubli meme la pub avant 20h!!

La réaction ne s'est pas fait attendre, car 5 minutes aprés cette nouvelle annonce, l'action de TF1 a pris 13% de hausse à la bourse.

Etonnant , non? Euh........non, notre president le libéral aime toujours autant speculer.De plus, sachant qu'aprés son annonce, cela ferait remonter les actions Bouygues, c'est limite un delit d'initié !

Et oui la 1er annonce sur la pub régulée avant 20h, n'avait pas trop convaincu les annonceurs, donc fallait bien une approche plus radicale.

Merci qui? merci papa sarko pour tes publicités par milliers , sur TF1 et de laissé crever notre service publique.

Plus de mercantilisme pour France Television, maintenant faudra faire l'aumone aupres des chaines privées pour avoir des budgets.

Par contre, si sarko et ses copains peuvent se gaver en bourse au passage, pourquoi s'en priver?

19/12/2008

Fin de la pub et Debut de la Propagande

m_sarkozy.tropicalboy1.jpgFin de la pub et debut de la propagande sur France télévision

Alors que le parlement examine toujours la réforme de l'audiovisuel, une dépêche AFP datée du 16 décembre attire l'attention.

Il y est écrit que le 5 janvier 2009, première soirée sans publicité sur les chaînes de France Télévisions, France 2 va diffuser
"deux programmes courts, dont quatre minutes d'expression directe pour le parti UMP".

Voici le passage en question dans la dépêche AFP:

Contacté par Le Post, un membre de l'UMP confirme que ce programme sera bien diffusé le 5 janvier, dans le cadre de l'émission Expression directe.

Vérification faite sur le site Programme tv.com, cette émission fait bien partie des programmes, à 0h05, même si le spot de l'UMP ne durerait en fait que deux minutes:

Mais c'est quoi cette émission?

Expression directe est une émission de service public diffusée depuis 1975. Elle permet à des groupes représentatifs, comme les partis politiques ou les syndicats, de disposer d'un espace d'expression libre sur les antennes publiques de télévision. Le plus souvent, ce sont des spots formatés dans l'esprit de la communication politique, comme l'explique Wikipedia.

"Symbole déplorable"

Contacté par Le Post, un membre de la société des journalistes de France 2 n'en revient pas: "C'est hallucinant! Le symbole est énorme". Avant de s'indigner : "Même si c'est un programme prévu dans la charte de France Télévisions et même si Expression directe offre des cases à tous les partis, le symbole reste déplorable. C'est quand même incroyable que cela tombe sur l'UMP ce jour là, précisément le jour où la pub est supprimée..."

Contacté par Le Post, un autre membre de la société des journalistes de France 2 relativise : "Si ce clip de l'UMP passait à 20h30, cela me gênerait mais là...ce clip ne sera vu par personne. Et puis, vous savez, aujourd'hui, avec la réforme de l'audivisuel, France 2 est dans une situation terrible. On va être privé des moyens qui nous permettaient de rivaliser avec TF1... Alors, pour moi, ce clip, c'est une goutte d'eau par rapport au tsunami qui nous tombe dessus."

Pour ma part, je ne crois pas au hasard, et meme si la diffusion de ce clip de l'UMP n'est pour l'instant que symbolique, vu l'horaire de sa diffusion ; il ne manque pas de marquer une nouvelle ère, le debut du conditionnement du peuple, par la propagande du parti du president Sarko, en vue des éléctions pour 2012.

17/12/2008

des terroristes d'opérette

00079.jpg

Des terroristes d'opérette

 

Depuis quand, les terroristes placent des bombes sans leur système de mise à feu ?

Depuis quand, les terroristes envoient un courrier pour prévenir qu'il y a une bombe à tel endroit ?

Qui sont réellement ces soi-disant terroristes du Front Révolutionnaire Afghan, dont personne n' a jamais entendu parler ?

Mais en fait, a qui profite le crime?

Sûrement pas à ces terroristes qui passent vraiment pour des blaireaux ou des terroristes vraiment cool avec infiniment de sollicitude. Wouah ! trop sympa les mecs, si, si vraiment !!!

 

Car pour moi un vrai terroriste tape quand il peut, où il peut et sans hésiter une seconde. C'est ce que j'ai retenu du 11 septembre et de bien d'autres attentats perpétrés dans le monde.

Je repose donc ma question : a qui profite le crime ?

Quoi qu'il en soit, le fait d'avoir choisi une date aussi prés de Noël et que la pseudo bombe soit dans un magasin, restera graver dans la tête de chacun. Une sorte de moyen psycho-technique mis en place pour conditionner le peuple à avoir peur et le préparer à une suite.

Mais laquelle?

 

Voici mes propositions :

Ne serait-ce pas encore une technique gouvernementale d'intimidation pour justifié un durcissement de la répression à venir dans notre pays?

Possible, quant on voit en ce moment, l' approche totalitaire du président Nicolas Sarkozy et les techniques d'intimidation de ses ministres et portes flingues dans son gouvernement.

Ou peut être pour mettre simplement en place, l'air de rien, la police à tous les coins de rues, en vue des futures émeutes qui nous attendent ?

A cause du fameux Mai 68 européen dont certains parlent déjà, après ce qui s'est passé dernièrement en Grèce.

Quoi que là, Sarko a plutôt fait calmer le jeu, en faisant reculé Darcos avec sa reforme sur les lycées, mais bon !

Ou encore, est-ce que tout cela, ne serait pas encore un coup médiatique de notre sarkozy pour asseoir et justifier l'envoi de nouvelles troupes françaises en Afghanistan prévu pour février 2009 , afin de préparer l'opinion publique française ?

Et si c'etait aussi pour nous faire croire que c'est une organisation terroriste d'extreme gauche ?

En tout cas,ce qui s'est passé aujourd'hui aura permis a Sarkozy, de faire une nouvelle petite phrase, en affirmant un peu plus son désir de combattre le terrorisme par tous les moyens.

Ce qui est tout à son honneur, sauf si on prend en compte mes propositions, plus haut.

Tout est possible avec lui, quant on connaît le bonhomme ! Eh oui SARKOZY, c'est notre BUSH à nous !

Et j'ai bien « peur » que le temps me donnera malheureusement raison.

A suivre...

 

00085.jpg

 

 

16/12/2008

France télévision est l'O.R.T.F...à nouveau !

 

Bienvenue en Corée du nord Française

photo_de caroliq.jpg

France télévision devient la chaine de propagande de l'état

 

Aujourd'hui, le pouvoir a finalement réussi à imposer la suppression de la publicité sur les chaînes publique de France télévision. Comment ? De la façon la plus étonnante et étrange tant par la technique employée pour y parvenir ; C'est a dire par une simple lettre écrite du ministre au président de la chaîne, où il lui ai conseillé; pour ne pas dire ordonné, de voter lui même avec son conseil d'administration la suppression de la dite publicité sur le media publique, et ce avant même que la loi soit effectivement finis d'être débattue et voter à l'assemblée nationale.

C'est pas bienvenue chez les ch'tis, mais bienvenue en Corée du nord Francaise avec la nouvelle O.R.T.F, chaine de propagande de l'etat Sarkozy. Un drôle de  retour en arrière à tout les niveaux.ortf.jpg

J'ai donc un triste constat à faire, car cela confirme 2 choses que j'avais déjà soulevé dans d'autres notes sur ce bloc.

la première étant que les techniques d'intimidations du gouvernement ( qui est pour ma part, sont du terrorisme. Voir la définition du dictionnaire plus bas) fonctionne très bien, puisque le président de France télévision, Mr De Carolis vient de lui même, ce faire hara kiri.

Et la seconde est que la démocratie est définitivement décédée, puisque l'assemblée nationale vient d'être évincée de sa fonction sur le débat et le vote d'une loi.

Conclusion, plus besoin d'assemblée, plus besoin de voter, plus besoin de la démocratie en faite, il suffit juste de se plier aux décisions du gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Ainsi comme dans le fonctionnement de l'UMP pour le choix du nouveau président du partie, c'est Nicolas Sarkozy qui décidera de tout, et pour tout le monde.

Doit-on s'attendre à ce que le président de la république s'auto-proclame successeur à lui même, pour la présidentielle de 2012 ?

Y a pas des kilomètres !!!!

 

Définition du dictionnaire :

terrorisme

Nom masculin singulier

 

emploi de la violence pour atteindre un but politique

 

au sens figuré : attitude d'intimidation


Régime de terreur politique; Violence menées contre des civils, et destinée à frapper l'opinion publique

Méthode de gouvernement qui s'appuie sur la terreur pour contraindre les membres d'une collectivité à l'obéissance ; la peur ...

Par ailleurs, comme le souligne Noam Chomsky, les États et institutions ont aussi recours à cette méthode (terrorisme d'État).

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu