Avertir le modérateur

04/08/2009

Jean Francois Kahn : "Les médias nous racontent des blagues..."

Jean Francois Kahn : "Les médias nous racontent des blagues..."

Source :

2titreblog.jpg

 

25/06/2009

Prévoir, c’est aller contre la logique de notre monde

voyance.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici un très bonne article, où je suis, tout à fait d’accord sur le principe de l’évolution libre, pouvant être castrée, par la volonté de vouloir la contrôlée.

Cela sucite justement, beaucoup d’autres questions.

Par exemple, ne croyez vous pas, que le type de société dans lequel nous vivons, puisses justement pervertir notre libre arbitre, par le conditionnement sociale,religieux,culturel..., au point d’aliénés les masses ?

Ainsi, cela nous expliquerai peu être, la raison du désordre total, de notre civilisation actuellement, et qui est due, en partie, par l’écart entre l’évolution technologique exponentielle qu’il y a eut, depuis quelques années ,et l’évolution psychique des hommes stagnante, voir rétrograde, puisque contrôlé par la société. Les médias, et cette évolution technologique seraient apriori les vecteurs aggravant, que dis-je, l’ultime outil, afin d’asseoir un contrôle total, sur les peuples du monde entier.

Bon dieu, mais qu’allais-je faire dans cette galère ? Si cela peut vous rassuré, en eliminant une première peur; Nous sommes tous dans la meme galère. Non, vous n'etes pas seul !!!

47488a047520c9ed2ac8515424d7bff7.jpgJe crois que le retour à la conscience collective et donc de soi-même, pourrait débloquer ou contrecarré, l’accroche hypnotique conditionné, que tente de nous faire subir, un certain nouvel ordre mondial, qui est imminent, et d'ailleurs encore officieux pour certain.

Leurs meilleures armes contre nous, sont nos propres peurs et celle qu’ils nous créent, nous insère, tout au long de nos vies. Une révolution intérieure, une prise de conscience aiderai probablement, à l’emergence de ce XXIe siecle spirituel, dont malraux suggere la venue ; la menace de la disparition pouvant surgir, dans le cas contraire .

Aura-t’on ce sursaut de conscience, pour nous sortir de cette société anxiogène, qui ce sert de nos peurs, pour mieux nous manipuler ?

fascisme02.jpgRéussirons-nous a dépassé ces peurs conditionnées, et finir par les maitrisées, les contrôlées, afin qu’elles s’évanouissent et nous libèrent de cet esclavage psychique, qui est malgré tout intrinsèque au fonctionnement de l’homme ?

Autant de questions qui demandent, a être développées, ne croyez vous pas !?

bonne lecture

Monté Cristo

Lire la suite

18/06/2009

Formatage intellectuel...

Formatage intellectuel...

En plusieurs occasions j’avais constaté l’influence d’un fait divers sur le comportement de la société. En l’occurrence j’y avais vu un conditionnement volontairement orienté par les médias pour la promotion de la pensée unique capitaliste. Ce conditionnement faisant que la plupart des citoyens ne se posent plus la question idéologique, à savoir, s’il n’y a pas d’autres solutions. Ce dirigisme intellectuel est de plus favorisé par une mise en avant des religions, du spirituel, comme une sorte d’exutoire focalisant le réflexe philosophique au détriment des recherches plus basées sur un bien-être sociétal et politique. Une façon de dissoudre le débat politique dans une sorte de galimatias où le spirituel paraît essentiel mais cache en vérité une réalité plus pragmatique de recherche maximum du profit par une oligarchie dominante. Cette façon de voir les choses n’est que la partie émergente et consciente du conditionnement. Il en existe une autre non maitrisée qui s’épanouit comme l’effet boule de » neige….

les-medias-veillent.jpgIl s’agit du fait divers important qui à partir du moment où il est traité d’importance va prendre de plus en plus d’importance mettant au second plan d’autres événements aussi importants sans doute, pas aussi consensuels peut-être. L’événement qui aura le devant de la scène ne sera pas celui qui ira a contrario de la pensée unique parce que dans beaucoup de cas cela ce fait de façon anodine par un conditionnement déjà non conscient de la part des acteurs médiatiques, régulant ainsi encore plus l’inconscient vers le même critère idéologique. J’ai écrit l’effet boule de neige, ce pourrait être à un degré moindre l’effet papillon.

Mais où cela va encore plus loin dans le formatage intellectuel c’est que même lorsque l’on veut dépeindre, porter à dérision, faire connaître une situation particulière tout à fait différente de l’événement premier on se sert de son exemple pour la relater, ou on la décrit à la manière de…

Pour ma part, il m’est arrivé plusieurs fois de tomber dans ce piège. Ce qui m’a fait réagir c’est un article du camarade « Pilhaouer » dont le titre est significatif : « Crash d’un appareil syndical ». Il faut bien convenir que la comparaison est de bon aloi, ce petit « post » de bonne facture, mais il va conforter dans son cadre éditorial l’abreuvement de ce fait divers, l’accident de l’Airbus, dans les médias.

Donc, cette approche d’une déliquescence des instances syndicales que certains dénoncent, avec raison ou pas, n’est pas anodine car elle s’inscrit bien dans l’imprégnation donnée au mode de réflexion des individus par une médiatisation volontairement exacerbée de cet accident passant au second plan le reste de l’actualité ; particulièrement les européennes, dont on ne voulait pas quelles soient débattues, le statu-quo arrangeant la plupart des participants.

cerveau_intro.jpgDonc, on s’aperçoit effectivement que le thème fut marquant en matière de communication car il est repris ici pour servir d’exemple à la déliquescence des instances syndicales. Ce qui, je pense, est grave car souvent cela se fait de façon inconsciente et le martelage médiatique arrive sur le fond par ce genre de méthodes à faire que les individus extrapolent peu hors de la pensée unique, cette exemple est frappant car même s’il diverge sur le fond, la référence et la dialectique s’inclut dans le système.

A première vue cette approche un peu métaphysique des prégnances des communications peut paraitre une sorte de présomption intellectualiste de ma part pour broder autour d’un sujet qui est le lot commun de nos sociétés modernes. Que l’on ne s’y trompe pas, mon propos est loin d’être anodin car dans une société développée les médias sont l’acteur essentiel de la communication, et par la même le vecteur qui influence nombre d’individus vers une acceptation sans trop de contestation du capitalisme, allant à l’évidence jusqu’à raisonner que par le formatage de la pensée unique.

codbar80.jpgLe problème se pose un peu différemment dans des sociétés moins développées que les nôtres puisque la notion de survie, la recherche de la nourriture du lendemain passent avant la communication reine qui est le fait des pays où l’on a presque plus à s’occuper véritablement des problèmes majeurs de notre existence. Néanmoins, malgré cela, on s’aperçoit que les capitalistes étant des prosélytes incomparables tentent de faire passer chez les populations défavorisées la primauté sociétale vers les médias. Cela ne réussit pas toujours car par exemple dans quelques pays d’Amérique latine, la pensée unique a été piétinée par des hommes et femmes qui ont pris conscience de leur aliénation. Ils se sont tournés alors vers une autre envie sociétale qui pourtant reçoit les assauts incessants du capital comme c’est le cas avec la tentative de domination des médias par ceux-ci au Venezuela.

Naturellement en écrivant ces lignes, je pensais naturellement au film sur Chomsky où est bien démontré, par celui-ci et les deux autres interviewés, cet embrigadement intellectuel tout à fait inconscient dans son découlement pour traiter la suite des événements, qui trouve néanmoins son origine dans une médiatisation volontairement orientée, ou inconsciemment orientée dont nous devons prendre conscience afin de rester lucides avec l’esprit critique.

Autrement c’est laisser libre cours aux ravages de la pensée unique qui annihilent ainsi les prises de décisions se voulant libres du peuple souverain !

par Mengneau Michel

source :

http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/formatage-in...

09/04/2009

Séquestrations : en fait, Sarkozy les encourage !

Séquestrations : en fait, Sarkozy les encourage !

Comment interpréter les séquestrations de patrons? Radicalisation, comme écrivent bien des journalistes, ou nécessité de transformer chaque conflit en spectacle du 20 heures pour avoir une chance d'être écoutée ?

 


En déplacement dans les Bouches-du-Rhône, Nicolas Sarkozy a déclaré mardi 7 avril qu'il ne tolèrerait pas les séquestrations de patrons d'entreprise et de cadres supérieurs par des salariés, actes qui se sont multipliés ces derniers temps.  « Qu'est-ce que c'est que cette histoire d'aller séquestrer les gens ? On est dans un Etat de droit. Je ne laisserai pas faire les choses comme ça » s'est indigné le président de la République.

Le président a fait maintes fois la démonstration que les sujets du 20 heures constituaient le critère essentiel de ses semblants d'indignations. L'exemple de Caterpillar est à cet égard éclairant.
Les Caterpillar ont séquestré quatre de leurs dirigeants. Aussitôt, le président a usé de la démagogie dont il est coutumier sur Europe 1, affirmant vouloir « sauver le site de Caterpillar », et s’engageant à « recevoir l’intersyndicale qui l’appelait au secours ».

Vincent Peillon: Quand on évoquait Caterpillar, tous les journalistes s'endormaient
Interrogé sur I-Télé, Vincent Peillon a détaillé la perversité de la démarche sarkozyste et mis en cause les médias qui poussent les salariés d'entreprise en difficulté à la surenchère pour que l'on s'intéresse à leur cas: « Caterpillar c’est une société qui a gagné 3 milliards de dollars cette année et la suppression de 3.000 emplois en France. A part les élus locaux, cela n’intéressait personne. Lorsqu’on évoque ces questions, en général on nous coupe la parole ou en trois secondes tout le monde s’endort et on nous demande pas de préciser pourquoi. Les syndicats se retrouvent dans des situations incroyables sans visibilité. Il faut donc enfermer les 4 dirigeants une nuit pour que dès le lendemain tous les médias s’intéressent enfin à ces  disparitions d’emplois et que le président de la République commence à s’y intéresser. Il y a un vent mauvais dans l’action publique qui fait qu’on s’intéresse plus à la communication des choses qu’aux véritables problèmes alors qu’il y a des vrais problèmes. Et cela radicalise les gens ».

Nouvelle démonstration, s'il en fallait une, des talents de pompier-pyromane du président.

Régis Soubrouillard

 

12/01/2009

Contre la régression démocratique et pour l’indépendance des médias… Un Appel de 6 titres de la presse

Contre la régression démocratique et pour l’indépendance des médias… Un Appel de 6 titres de la presse

C’est une première ! Six titres de presse (Marianne, Le Nouvel Observateur, Charlie Hebdo, Les Inrockuptibles, Mediapart et Rue 89) lancent un Appel commun pour l’indépendance et le pluralisme des médias et contre ce qui s’apparente à une succession de régressions démocratiques. A commencer par la nomination des patrons de l’audiovisuel public par le chef de l’Etat…

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu