Avertir le modérateur

16/04/2009

G20 et comportementalisme

Ce qui s’est passé au G20 est encore pire que ce que nous craignions. Il s’agit d’une poussée vers le fascisme financier que je dénonçais dès 2006-2007.

2009-04-02T142930Z_01_APAE531149I00_RTROPTP_2_OFRBS-G20-FMI-20090402.JPGLes décisions se résument à confirmer qu’on déversera 5000 milliards de dollars sur les marchés et à promettre une relance de 1100 milliards de dollars en complément, avec un triplement des moyens fournis au Fonds monétaire international (750 milliards de dollars), 250 milliards pour revigorer les échanges internationaux et 100 milliards en faveur des banques de développement. En fait, le but est de lutter contre le protectionnisme, de continuer à arroser les établissements financiers et de permettre aux perdants escroqués de rembourser leurs dettes aux gagnants tout en faisant un pas vers une gouvernance mondiale.

Les engagements pris ne constituent qu’une rhétorique vide. Ainsi, dans la liste des paradis fiscaux retenus, les Etats américains tricheurs et la City et ses satellites ne sont pas inclus En bref, on a créé en faveur de la City et de Wall Street un monopole pour spéculer et frauder. L’assouplissement des normes comptables permettra de camoufler les comptes en masquant les pertes.

eaa673b.jpgLa photo de famille officielle du sommet, avec la reine d’Angleterre au centre, dans sa robe rose bonbon, encadrée par Gordon Brown, la voix officielle de la City, et Lula, le Brésilien devenu symbole du capitalisme comprador, est révélatrice.

Il est donc d’autant plus choquant que Nicolas Sarkozy, qui a renoncé à l’idée et à la mention du Nouveau Bretton Woods, se félicite d’un « carton plein ».

Ce qui a manqué dans ce sommet est en effet le plus important : pas de banqueroute organisée des titres illégitimes, pas d’interdiction ni même de régulation sérieuse des produits dérivés, des hedge funds et de la titrisation, aucun grand projet international d’équipement de l’homme et de la nature.

8d60b5d4-2055-11de-b02b-76f68444491f.jpgL’explication tient aux pressions exercées principalement sur Obama mais aussi sur Sarkozy par les intérêts de l’oligarchie financière, relayés par l’école de l’économie comportementaliste. Celle-ci n’est qu’une version nouvelle d’une conception de l’homme qui le réduit à un animal aux comportements prévisibles. Il peut ainsi être manipulé si l’on crée autour de lui l’environnement approprié, en analysant ses propensions psychologiques et sociologiques. Obama est entouré de jeunes « économistes » de cette école, qui ont leur centre à la Russell Sage Foundation, à l’Alfred P. Sloan Foundation, au MIT et à Harvard. Ils forment la « Behavioral Economics Roundtable » et exercent une influence directe chez leur protecteur, Larry Summers, directeur du National Economic Council et principal conseiller économique d’Obama. Ils représentent les mêmes intérêts qui, pendant les années trente, combattirent Franklin Delano Roosevelt et propagèrent des idées et des activités mussoliniennes aux Etats-Unis. En 1934, Alfred P. Sloan avait parrainé la pro-fasciste American Liberty League.

Le virus a atteint la France avec Jean Tirole, qui combine dans son approche économique théorie des jeux et théorie de l’information avec les acquis de la psychologie comportementaliste. Tirole est un ami d’Olivier Blanchard, le « cerveau de la relance mondiale » et chef économiste du FMI, ainsi que des conseillers de dirigeants socialistes que sont Thomas Piketty et Philippe Aghion. Tous ont passé des années au MIT et y ont enseigné. Leur arrogance n’a d’égal que leur servitude volontaire.

Jacques Cheminade

19/03/2009

PAUVRES POLONAIS !

L'Europe de l'Est menace de tirer l'Europe de l'Ouest à sa suite... et tout cela n'augure que du bon pour les Etats-Unis, paradoxalement, nous explique Bill Bonner ci-dessous.

 

g20-crise-etats-unis.jpg"La crise de l'Europe... est pire que celle des Etats-Unis", écrit Henry Blodget. Il faut le reconnaître, les Américains sont rusés. Ils sont comme quelqu'un qui déclencherait une bagarre dans un bar bondé... avant de filer par la porte de derrière.

La rixe dure depuis 20 mois. Aux Etats-Unis, les prix des actions ont été réduits de moitié... mais regardez les autres ! L'Islande -- ce hedge fund de l'Atlantique Nord -- est quasiment K.O., tous les os brisés. La Chine compte une file de chômeurs longue de 100 millions de personnes. Le Royaume-Uni a plus de dette que les Etats-Unis... et dépend plus encore d'un secteur financier en faillite. La question qui se pose désormais est donc : qui ressortira de cette fête aux gnons avec le plus gros cocard ?

4836334.jpgLes faits, rien que les faits : l'Europe de l'Est a emprunté environ 1 700 milliards de dollars, en majeure partie aux banques d'Europe de l'Ouest. Rien que cette année, le pays devrait rembourser 400 milliards de dollars. Renouveler une dette se faisait en un clin d'oeil il y a deux ans ; aujourd'hui, c'est nettement moins facile. 60% des prêts immobiliers polonais sont en francs suisses. Les Polonais ont emprunté en euros et en francs suisses pour tirer parti des taux plus bas. A présent, ils gagnent des zlotys, remboursent des francs suisses et pleurent.

"Puis est arrivée la récession mondiale synchronisée et de profonds déficits courants pour la Pologne -- valant trois fois ceux des Etats-Unis en termes de PIB", explique John Mauldin. "Le zloty polonais a été globalement divisé par deux par rapport au franc suisse. Si vous avez un prêt immobilier, cela signifie que les remboursements sur votre maison viennent de doubler. Cette même histoire se répète partout dans la Baltique et en Europe de l'Est".

Les banquiers ne sont que des lemmings à forme humaine ; tout le monde le sait. Les banquiers autrichiens cherchent des falaises escarpées. L'effondrement de CreditAnstalt, en mai 1931, a précipité le secteur bancaire dans le vide, menant à la Grande Dépression. Cette fois-ci, les banques autrichiennes ont prêté l'équivalent de 70% de leur PIB national à l'Europe de l'Est. Si ne serait-ce que 10% de cette somme sont perdus, le système financier autrichien tout entier sera ruiné... et pourrait entraîner toute l'Europe avec lui. Au début des années 30, les économies de France, de Grande-Bretagne et des Etats-Unis se contractaient de 6% environ par an. Au dernier trimestre 2008, l'économie américaine a reculé de près de 7% -- et CreditAnstalt ne s'est pas encore produit.

Mais les Américains peuvent nationaliser leurs banques d'un trait de plume et sauver ainsi leur système financier. En Europe, ce n'est pas faisable. "Grandes banques, petits pays", déclare Mauldin. Proportionnellement, un renflouement de ce genre coûterait 14 000 milliards de dollars aux Etats-Unis, estime-t-il. Si bien que lorsque neuf pays d'Europe de l'Est se sont rassemblés pour demander de l'aide, Angela Merkel leur a donné la même réponse que Gerald Ford à la ville de New York lorsqu'elle quémanda un renflouement en 1975 : allez vous faire voir.

drapeaux-europe-27.1235928116.jpgPauvre Polonais. Il a traîné le boulet bolchevique pendant près d'un demi-siècle. Puis lorsqu'il s'est finalement libéré, les capitalistes l'ont arnaqué. Le méritait-il ? Non -- simplement, il a le malheur de devoir de l'argent dans une devise qu'il ne peut pas bidouiller.

"La crise renforce la position relative des Etats-Unis", écrit Spengler dans le Asia Times, "et expose des faiblesses bien plus graves chez tous leurs concurrents potentiels. Elle fait de la dette du gouvernement américain l'actif le plus désirable de la planète. Les Etats-Unis méritent peut-être de décliner, mais comme le disait Clint Eastwood dans un tout autre contexte, 'le mérite n'a rien à y voir'."

Les Américains doivent se sentir en veine. Durant les années de bulle... le reste du monde s'est moqué de leurs habitudes de dépenses, tout en leur offrant une nouvelle part de dessert -- à crédit. Plus les Américains dépensaient... plus les dollars s'accumulaient à l'étranger... plus les étrangers prêtaient de dollars aux Etats-Unis en retour... et donc plus les Américains avaient de dollars à dépenser ! Maintenant que les Américains ne dépensent plus, les usines des étrangers sont silencieuses, leurs banques vacillent... et leurs actions chutent. A présent, ils achètent des obligations du Trésor américain à des rendements encore plus bas ! L'indice dollar a grimpé à un sommet de trois ans alors même qu'Obama annonçait un déficit de 1 700 milliards de dollars.

De tous les cash flows de la planète, déclare Spengler, le gouvernement le plus durable au monde, à la tête de la plus grande économie, doit être le plus fiable. Il nous rappelle que prêter aux Etats-Unis dans les années 80 était un bon investissement. A l'époque, le gouvernement américain avait baissé le taux d'imposition marginal de 70 à 40% et généré assez de croissance pour payer les intérêts et stimuler les valeurs des actifs. A présent, cependant, les valeurs des actifs baissent clairement, tandis que le taux marginal est en hausse. Prêter dans les années 80 revenait à prêter à des rendements élevés au début d'une expansion majeure. Aujourd'hui, on parle des taux les plus bas de l'histoire... au début d'une dépression.

Mais plus les choses empirent, mieux ça va pour les gens qui ont provoqué la situation. Non seulement les Américains peuvent sauver leur système bancaire... mais ils peuvent aussi secourir leurs ménages surendettés et effacer leurs dettes. Les Etats-Unis ont financé leur fièvre de dépenses avec l'argent des autres. A présent, ils financent leur cure de désintoxication de la même manière -- avec l'argent des autres.

Les prêteurs peuvent être absolument, complètement assurés de retrouver leur argent -- avec intérêt, au jour dit. Mais c'est de l'argent dont la valeur est déterminée par le débiteur lui-même.

Si seulement les Polonais pouvaient faire de même !

30/01/2009

Obama s'attaque aux banquiers, lui...

Obama s'attaque aux banquiers, lui...

Barack Obama a fustigé hier le comportement des banques ayant distribué des bonus alors même qu’elles font l’objet d’une aide d’Etat pour faire face à la crise. En 2008, les primes octroyées aux dirigeants et employés des banques ont atteint près de 20 milliards de dollars. « C’est le comble de l’irresponsabilité, c’est honteux» a déclaré le président américain.

Vendredi 30 Janvier 2009 - 13:05

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu