Avertir le modérateur

17/08/2009

Obama et sa moustache font le tour du monde !

Obama et sa moustache font le tour du monde !

ObamaHitler.jpg

(Nouvelle Solidarité) — Le black-out décrété depuis des années par les "grands" médias contre Lyndon LaRouche et ses collaborateurs commence à voler en éclats grâce à l’action résolue de son mouvement et des dizaines de milliers d’américains qui ont décidé de se révolter contre le projet de réforme de la Santé d’Obama. Après avoir perdu leurs maisons et leurs emplois, les américains sont déterminés à se battre contre un système qui pourrait réduire leur couverture santé à la portion congrue.

LaRouche et son mouvement, ayant examiné de près le dispositif proposé par Obama et son conseiller en bioéthique Ezekiel Emanuel visant à abréger, pour des raisons purement financières, les traitements pour des malades en fin de vie, avaient, dès le mois d’avril, lancé l’assaut contre ce remake macabre des politiques de triste mémoire.

Rappelons ici que le premier qui a eu le courage d’exhiber ce photomontage polémique à l’écran, fut le comique américain Stephen Colbert.

 

obama_hitler.jpgDepuis quelques jours, en Europe, outre la BBC qui a fait une interview en direct avec Debra Freeman, porte-parole nationale du comité d’action politique LaRouchePAC, où la chaîne a tenu surtout à défendre la haute autorité du système de santé anglais (NICE), démasqué par les larouchistes d’être le modèle de la réforme Obama, ce sont les principaux journaux britanniques qui ont mis à l’honneur l’affiche signée Larouchepac.com, où l’on voit Obama avec la moustache d’Hitler avec en sous-titre : « J’ai changé !

Le 13 août, Le Financial Times accordait à l’affiche un bon cinquième de sa troisième page, et elle paraissait également dans le Guardian et le Times. En Suisse, c’est le principal tabloïd, Blick, qui publiait la photo, avec un lien vers une vidéo du site de LaRouche, "Obama’s T4", où l’on voit Obama lui-même défendre tous les aspects « douteux » de sa réforme.

En Italie, deux grands quotidiens nationaux l’ont publiée, le Corriere della Sera (le 11 août) et Il sole 24 ore (le 12 août). La presse norvégienne a suivi aussi, avec de belles photos dans les deux journaux principaux : Aftenposten et Verdens Gang. En Suède, c’est la radio publique qui a donné une bonne couverture des évènements. N’oublions pas l’Allemagne où elle a été couverte par le Süddeutsche Zeitung et le Frankfurter Rundschau.

En France aussi, après France Info, qui l’a mis à la Une de son site web le 12 août, ce fut Le Monde qui, outre la reprise de l’affiche, a évoqué les partisans de "l’extrémiste démocrate" Lyndon LaRouche qui "se sont rendus dans plusieurs"town hall meetings" (...) munis de pancartes représentant Obama affublé d’une moustache hitlérienne »

Lanterne rouge, Le Figaro a attendu le 14 août avant de consacrer un article sur son site Internet et son édition papier à l’envenimement de cette bataille. L’affiche incriminée s’étale sur pas moins de 5 colonnes dans Le Figaro papier. Laure Mandeville, n’a pas pu s’empêcher de calomnier LaRouche, l’accusant d’être "d’extrême droite" et de donner dans la complotite, des attaques médiocres qui ne sont pas surprenantes venant d’une journaliste qui prends la défense des oligarques russes.

obama nazi.jpgAux Etats-Unis, les couvertures à ce stade son innombrables. Évoquons uniquement l’interview de Nancy Spannaus, dirigeante nationale du mouvement de LaRouche, dans le Washington Times du 12 août. Spannaus ne s’est pas limitée à critiquer la politique d’Obama ; elle a rappelé les grandes lignes des propositions de LaRouche pour une réforme du système de santé : assurer une couverture médicale universelle, en éliminant les HMO (Health Maintenance Organizations), des prestataires privés de santé dont les coûts ont explosé depuis quelques années, et revenir aux grandes lignes de la Loi Hill/Burton améliorée, qui a donné aux Etats-Unis des capacités de soin de très haut niveau.

Parmi les autres couvertures intéressantes aux Etats-Unis, il y eut celles du Philadelphia Inquirer, l’Atlantic Monthly, le New Republic, le San Francisco Examiner et une quantité innombrable dans la blogosphère.

Si toute cette couverture de presse met l’action de LaRouche et son mouvement sous la lumière des projecteurs de l’opinion publique internationale, cette dernière, notamment grâce à internet, sera en position de juger l’ensemble des propositions anticrise qu’il préconise pour nous sortir de la catastrophe qui risque encore de s’empirer d’ici le 10 octobre.

Articles : LaRouche : les Britanniques pourraient arranger l’assassinat du président Obama

Pour le meilleur ou le pire, la situation révolutionnaire aux Etats-Unis

Source:

http://www.solidariteetprogres.org/article5700.html

20/02/2009

Masterisation et dependances

Master ou fabrique de bouche-trous ?

Jean-Paul Brighelli, Professeur agrégé de Lettres et auteur de «La Fabrique des crétins», revient sur la réforme des concours d'enseignement dont le recrutement serait envisagé à partir du niveau master. Si l'annonce était maladroite, l'idée est-elle si mauvaise? Apparemment oui.

891820-1053517.jpgDans cette histoire de mastérisation, quelque chose m’échappe. Et, visiblement, échappe aussi au ministère, tout étonné de la résistance à son décret, et au refus de la quasi-totalité des universités de faire remonter, avant la date butoir du 15 février, les maquettes requises de ces « master pro ». Tout confus aussi d’avoir ainsi fourni aux enseignants et aux étudiants un excellent prétexte à l’unanimité dans la protestation.

Tout cela au moment où Valérie Pécresse, avec une absence sidérante de psychologie, sort de sa poche un décret sur les enseignants-chercheurs qui ne pouvait manquer d’attiser le mécontentement latent — qui monte, qui monte… La mastérisation potentialise un mouvement qu’on aurait pu, avec un peu de mauvaise foi, faire passer pour une protestation corporatiste. Et voici, grâce à la mastérisation, les enseignants promus défenseurs des étudiants, qui vont faire chorus. Carton plein.

Une conseillère à la Cour des Comptes, Claire Bazy-Malaurie, est aujourd’hui chargée d’aménager ledit décret. Les syndicats, qui sentent le bon bout et l’odeur de la poudre, refusent de la rencontrer — « pourquoi une médiatrice, et pourquoi pas la ministre elle-même ? » disent-ils au soir d’une manifestation réussie. La situation se bloque. Les députés ovationnent Pécresse. Ça va finir par se jouer dans la rue.

Foutoir et foutaises. "C'est déjà l'odeur de 68 que l'on renifle dans les universités", disait hier Axel Kahn. "Ça démarre doucement, puis ça monte…"

 

Suggérer que les concours de recrutement se passent désormais au niveau Master, pourquoi pas ? La valeur marchande de la Licence, qui était jusque là le diplôme requis, a tellement baissé, ces dernières années, du fait de cette « inflation scolaire » dont parle si bien Marie Duru-Bellat (1), qu’il est nécessaire à la fois d’entériner cette dévaluation et de revaloriser le cursus. Lorsqu’un conseiller du ministre, tongue in cheek comme on dit outre-Manche, a déclaré en juin dernier aux membres (inquiets) du jury du CAPES d’Histoire-Géographie que les candidats avaient déjà été testés sur leurs aptitudes disciplinaires, puisqu’ils avaient une Licence, c’était de l’humour à froid. Il sait bien, comme nous tous, que nombre de Licenciés ne le sont que parce que les facs veulent garder quelques étudiants en quatrième année — et les subventions qui vont avec. Déjà qu’ils en perdent 50% dès la fin de la première année, grâce au décalage violent entre le niveau requis et celui des néo-titulaires d’un Bac qui ne vaut plus tripette…

La préparation, en quatrième année, d’épreuves sérieuses était tout de même une (petite) garantie que les postulants aux concours de recrutement maîtriseraient au moins une partie de ce qu’il est nécessaire de connaître pour être prof — nous savons tous que Pédagogie sans Savoir, c’est lettre morte et emplâtre sur jambe coupée.

 

Mais voilà : les « Master pro » sont, d’un côté, la roue de secours des pédagos, un instant malmenés par l’intégration / dissolution des IUFM dans les universités, et, d’un autre côté, généreront des « reçus-collés », comme l’analysait dès le mois d’octobre notre ami Pedro Cordoba, qui fourniront aux Recteurs, toujours en quête de bouche-trous, un volant d’auxiliaires taillables et corvéables à merci.

Tout cela n’est pas bien sérieux. Que vont devenir les étudiants qui n’entreront pas dans ces Masters ? Qu’apprendront-ils, si ces Masters sont principalement dirigés, comme il en a été tout de suite question, par des spécialistes des pseudo-sciences de l’Education ?

 

pecresse-2.jpgIl est de toute urgence de décréter, comme le Ministère en avait d’abord eu l’intention (faut-il que le lobby pédago soit puissant, rue de Grenelle !) que tout master permettra l’inscription aux concours — comme aujourd’hui toute Licence. Cela permettra de conserver les filières actuelles, sans avoir besoin de construire un nouveau tuyau dans l’usine à gaz. De conserver aux enseignants des disciplines la maîtrise de leur discipline. Et d’autoriser les étudiants à se consacrer à la spécialité pour laquelle ils sont entrés en fac, souvent sans trop savoir où elle les mènerait, et qui se tournent vers les métiers de l’enseignement après avoir découvert ce qu’il en était vraiment des Lettres ou des Mathématiques — ce n’est pas en collège ou en lycée qu’ils pouvaient en avoir une idée !

Il ne restera plus qu'à redéfinir les stages des futurs enseignants. Je suggère très fort au ministre, comme je l'ai déjà fait dans Fin de récré, 'en revenir au système qui l'a fait lui-même prof : la résurrection des défunts CPR, sacrifiés sur l'autel des sciences de l'Education. C'est dans une combinaison d'artisanat et de compagnonnage qu'on peut au mieux apprendre les rudiments d'un métier difficile, qu'on ne maîtrise jamais à fond  et certainement pas en suivant, hors les murs des lycées ou des collèges, les cours de gens qui se sont spécialisés en Pédagogie de façon à ne plus être devant de vrais élèves.

Quant à la situation des enseignants-chercheurs… Un décret général jette les bébés (les vrais chercheurs) avec l’eau sale. Et bousille la Recherche, aujourd’hui en danger, sans pour autant relancer l’acquisition des savoirs fondamentaux. Peut-être faut-il laisser jouer à plein les possibilités d’autonomie de la loi LRU : quand chaque fac aura défini son rapport recherche / enseignement, il se dégagera forcément, à terme, une capacité différentielle des universités que les futurs étudiants apprécieront avant de s’y inscrire, et en toute connaissance de cause.

 

Jean-Paul Brighelli

«Mieux vaut taxer les traders que leur faire la morale!»

«Mieux vaut taxer les traders que leur faire la morale!»

Olivier Godechot est chercheur en sociologie à l’EHESS. Auteur de deux livres sur l’univers des traders et de nombreux articles de recherche, il commente pour Marianne2.fr la publication d'un texte sur la rémunération des professionnels des marchés financiers.



(photo : ArtemFinland - Flickr - cc)
(photo : ArtemFinland - Flickr - cc)
Marianne2.fr : La Fédération Bancaire Française a publié un texte sur la rémunération des professionnels des marchés financiers. Des mots prudes pour parler de l’encadrement des bonus des traders. Les banques françaises ont annoncé vouloir faire de ce document l’alpha et l’omega de leur politique de rémunération de leur traders. Qu’apporte ce texte, selon vous ?
Olivier Godechot : À mon sens, ce texte n’est ni une révolution, ni même une réforme mais plutôt une entreprise de codification pour généraliser des pratiques qui sont déjà à l’œuvre dans de nombreux établissements. Par exemple, les bonus différés en fonction des résultats sont déjà en train d’être instaurés chez UBS ou Morgan Stanley. Il s’agit en réalité de donner un vernis de volontarisme gouvernemental à des évolutions qui sont en train d’être adoptées par le secteur. Ce texte relève davantage de la soft law, autrement dit de la réglementation de faible intensité, que de l’instauration de nouvelles règles contraignantes. Ces préceptes servent de guide, éventuellement d’éléments de coordination, et en cela c’est mieux que rien, mais ils n’ont pas d’aspect véritablement impératif.

Donc rien ne change ?
O.G. : Certains des principes sur lequel le document insiste sont déjà adoptés depuis plusieurs années. Ainsi  l’introduction de la notion de « coût complet » des opérations financières, c'est-à-dire qui intègre les frais indirects, le coût du risque, le coût du capital. L’idée est d’indexer les bonus des opérateurs financiers sur un flux de revenu qui tienne compte de tous ces éléments et non seulement des performances ponctuelles. Le fait d’étaler les bonus sur plusieurs années et de conditionner le versement de ceux-ci à la pérennité des résultats étaient largement en cours d’adoption lors de la rédaction du rapport.

trader.1227602468.jpgEn revanche, certains principes sont plus nouveaux. Le texte propose ainsi de bannir les bonus garantis tout en ménageant malgré tout de nombreuses exceptions :  recrutement, protection contre les débauchages… Dans le contexte actuel d’un marché du travail anémique dans la finance, le suivi de ce principe ne sera pas trop contraignant. La question se posera plus lors d’une éventuelle reprise.  

Ensuite, il est affirmé que la rémunération des fonctions support et de contrôle des risques doit être à la fois revalorisée par rapport aux traders qui sont en relation directe avec les clients et être rendue indépendante par rapport à eux. Voilà un vrai changement. Dans les années passées, les bonus de ceux qui évaluent le risque (la fonction dite « suppports ») étaient strictement proportionnels à ceux gagnés par le « front », c’est-à-dire ceux qui vendent aux clients et prennent des risque, ce qui n’incitait pas les premiers à assurer pleinement le rôle prudentiel. En même temps, les formes de cette politique alternative de rémunération restent étonnamment floues et entrent aussi en contradiction avec la nécessité d’aligner tant la rémunération du front-office et que celle des supports sur les résultats de l’entreprise.

Quels effets peut-on en attendre ?
O.G. : Je voudrais insister sur cette notion de « coût complet ». A priori, on pourrait se dire qu’il n’y a pas de politique plus saine que de faire supporter aux opérateurs financiers les risques que leurs opérations engendrent. Cette analyse est juste dans le cas des produits les plus simples et les plus standards pour lesquels on sait bien mesurer les risques. Mais ça ne l’est pas forcément pour les produits les plus complexes. Les risques sont en effet mal connus et il existe alors plusieurs hypothèses de valorisation. La mesure des risques est in fine négociée entre le « front office » et les services de contrôle des risques. Dans le cadre d’une politique rémunération fondée sur le coût complet, le front office fera pression pour sous estimer la mesure des risques et maximiser son budget de bonus. En finance, il y a pire que de prendre trop de risques, c’est de les sous estimer. C’est peut-être là le drame des subprimes.

Différer les bonus et les conditionner aux résultats aura des effets ambivalents. D’un côté cela rallonge, comme souhaité, l’horizon des traders et diminue la tendance à la prise de risque à court terme. En outre, cela limite le turn-over des salariés et cela freine la spirale inflationniste sur le marché du travail. Mais d’un autre côté, cela risque de formaliser considérablement la distribution des bonus. Celle-ci est en effet discrétionnaire. Elle est décidée par le chef d’équipe qui introduit une certaine mutualisation entre les membres de son desk, laquelle pourrait disparaître dès lors que le bonus est différé et promis sous certaines conditions, qu’il faudra alors écrire, à l’opérateur. Qui plus est on peut craindre que ce processus cloisonne encore plus en interne les métiers de traders par rapport aux autres métiers. Pourquoi bouger, dès lors que votre successeur, peut ruiner votre résultat et vos bonus différés ?

TraderES1903_468x350.jpgQu’aurait-on pu faire d’autre ?
O.G. : Alors qu’il existe une fenêtre idéale pour une véritable régulation, ce code n’est sans doute pas à la hauteur des enjeux. Premièrement, si l’on estime que la politique de rémunération dans la banque peut engendrer un risque global dont le coût est pris en charge par la collectivité, il n’y pas à tergiverser. Il faut que les autorités de régulation surveillent ces risques induits par les rémunérations et que les banques leur communiquent des données détaillées sur la constitution, la ventilation et la distribution des enveloppes de bonus. Enfin dès lors que l’État vient au secours des banques en difficulté et que l’on nous dit que ces difficultés sont des conséquences de la politique de rémunération, il faut que l’État entre dans le capital des banques, et qu’il soit présent au sein des conseils d’administration pour imposer ses options, beaucoup plus impératives…

Plutôt que de fustiger l’immoralité des patrons et des banquiers voyous, plutôt qu’un traitement moral des rémunérations, qui ne mène nulle part, préférons un traitement fiscal. Taxons plus fortement les rémunérations supérieures à un million d’euros. L’élection d’Obama, les velléités d’Angela Merkel ou de Gordon Brown en la matière ouvrent une fenêtre de coordination internationale qui pourrait mettre un terme à la désastreuse politique du moins-disant fiscal.

Dernier livre paru d'Olivier Godechot : « Working rich. Salaires, bonus et appropriation du profit dans l'industrie financière »,  éd. La Découverte.


Jeudi 19 Février 2009 - 18:58
Propos recueillis par Emmanuel Levy
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu