Avertir le modérateur

22/07/2009

« La guerre au terrorisme est un mythe »

« La guerre au terrorisme est un mythe »
Interview de Webster Tarpley

par Webster Tarpley

Webster TARPLEY, historien et journaliste états-unien, travaille sur les formes modernes d’ingérence, en particulier sur l’exploitation de la menace terroriste. Il s'est spécialisé dans l'étude des false flag operations , c'est-à-dire des opérations commandos ou terroristes utilisant de fausses revendications pour provoquer un engrenage conflictuel.

« On ne peut pas comprendre la politique actuelle des États-Unis si l’on mésestime la portée réelle du 11 Septembre. Les attentats du 11 Septembre ont été un coup d’État. La guerre contre le terrorisme est basée sur un mythe et est devenue une religion d’État obligatoire depuis ces événements. La seule façon de lutter contre les néo-conservateurs est de détruire ce mythe. L’ouverture d’une commission de vérité comme celle de Russell-Sartre lors de la guerre du Vietnam pourrait contribuer à le détruire. »
Son expertise de la géopolique est incontestable et sa connaissance des rouages complexes de la politque mondiale nous ont naturellement incités à lui demander son avis sur la situation actuelle. Les questions ont été co-rédigées par ReOpen911 et le site GeoPolIntel qui réalisé une analyse extensive du bouclier ABM.

Avant d'aborder l'interview proprement dite, M. Webster G. Tarpley, auteur entre autres de l’extraordinaire ouvrage La Terreur Fabriquée, Made in USA [1] nous a demandé de complèter son interview avec le paragraphe suivant.

« Le principal projet américano-britannique du moment est de balkaniser le Pakistan, de façon à ce qu'il ne puisse devenir un corridor énergétique pour la Chine, l'Iran, et le reste du Moyen-Orient, comme on le voit avec le port de Gwadar. La folle escalade de violence en Afghanistan, qui porte la marque d'Obama, n'a de sens que si l'on comprend que le but est de détruire le gouvernement central du Pakistan et de provoquer l'éclatement de ce pays en cinq parties selon le prolongement du plan de Bernard Lewis.

Le Pakistan est un objectif bien plus important que l'Iran. Il y a également un plan américano-britannique pour détruire la chaîne des pays prochinois le long de l'océan Indien. Mais le Sri Lanka a évacué l'armée de la terreur (soutenue par) les États-Unis et le Royaume-Uni : des terroristes ayant leurs quartiers généraux à Londres et connus sous le nom des Tigres tamouls. Comme il était grotesque de voir Kouchner et Milliband (les ministres des Affaires étrangères français et britannique) tenter désespérément de sauver les Tigres tamouls, pour que les bouchers puissent combattre encore !
Les endroits comme le Zimbabwe, le Soudan, la Thaïlande, le Cambodge, le Bengladesh et divers groupes d'îles sont aujourd'hui un champ de bataille entre (l'alliance) États-Unis/Royaume-Uni et la Chine, cette dernière faisant pression en faveur d'un commerce et d'un développement pacifique, et l'alliance États-Unis/Grande-Bretagne tentant de les saborder et de maintenir le Consensus discrédité de Washington contre l'émergence du consensus de Beijing qui rejette l'intimidation impérialiste de type FMI-Banque Mondiale-OMC. »


ReOpen911 : La lettre d'Obama à Medvedev, demandant aux Russes de négocier l'abandon du nucléaire iranien, ne serait-elle pas le moyen diplomatique d'attiser une nouvelle guerre au Moyen-Orient?

Webster G. Tarpley : Comme je l'ai écrit dans Obama, The Postmodern Coup [2], la politique générale de l'administration Obama est de fomenter des conflits entre l'Iran et la Russie. Ils appellent cela le jeu de la patate chaude - jouant un État ennemi contre un autre, espérant que les deux puissent être endommagés ou détruits au cours du processus. Le régime Obama voudrait pousser la Russie dans une position d'hostilité envers l'Iran, en jouant sur la crainte de la Russie par rapport à ce que pourrait finalement faire l'Iran avec des armes nucléaires s'il en possédait. Avec des gens comme Poutine et Lavrov, les Russes ne sont pas prêts de tomber dans un tel traquenard. La récente expérience des émeutes et de la mobilisation en Iran est intiguée par des gens de la CIA, une révolution colorée, ou une révolution de velours qui ne semble pas particulièrement bien réussie.
Si une marionnette anglo-américaine venait à prendre le pouvoir en Iran, l'une des premières choses qu'elle ferait serait de couper l'approvisionnement en pétrole de la Chine, car c'est là le principal intérêt des États-Unis et de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient ces temps-ci. Le discours d'Obama au Caire n'est rien de plus qu'une tentative de jouer le monde arabo-islamique du Moyen-Orient contre la Russie et la Chine.

L'Inde est aussi l'un des principaux candidats pour devenir le second couteau eurasien des États-Unis et du Royaume-Uni, mais là encore, les Indiens peuvent s'avérer trop intelligents pour tomber dans ce piège. Tout le monde sait que le Congrès américain a adopté des lois récurrentes demandant le changement de régime en Iran, avec le financement de 400 millions de dollars, et depuis cinq ans et plus Seymour Hersh a décrit dans le New Yorker le rôle actif des équipes d'espionnage et de déstabilisation US en Iran, qui essayent de fomenter des rébellions avec des Arabes, des Azéris, des Kurdes, des Baloutches, des Pachtounes, et d'autres, dans le but final de partitionner et de balkaniser l'Iran, de la même manière que la Yougoslavie et l'Irak l'ont été, et que le Soudan pourrait l'être bientôt. La couleur de la révolution en Iran est en grande partie l'oeuvre du groupe "soft power" (NdT: prônant une politique extérieure "de basse intensité") inspiré par les écrits de Joseph Nye, et qui comprend les cercles de Brzezinski à la Rand Corporation, ainsi que l'International Crisis Group et d'autres opérateurs qui pour arriver à leurs fins utilisent la gauche comme couverture, les slogans humanitaires, et les droits de l'homme.

Si j'ai bien compris Jacques Sapir, il semble dire que les slogans sur les droits de l'homme ont été si malmenés par les impérialistes occidentaux au service de leurs propres objectifs prédateurs que ces slogans ont étés complètement discrédités en raison de l'hypocrisie et de leur effet « deux poids, deux mesures ». Si ce sont bien les propos de Sapir, ils sont justifiés. Je dirais qu'il est temps de souligner les droits économiques des pays en développement, en commençant par l'industrialisation, le plein emploi, et en mettant fin à la pauvreté, à la maladie, à l'analphabétisme, et à une situation où nous voyons un milliard de personnes souffrant de la faim ou au bord de la famine, selon les derniers rapports des Nations Unies, et probablement 2 milliards de personnes réduits à une existence misérable, disposant de moins d'un dollar par jour. Voilà les vraies questions auxquelles doit faire face l'humanité aujourd'hui.


ReOpen911 : Le plan Gates-Brzezinski prévoit une nouvelle approche avec l'Iran. Si ce plan ne fonctionne pas, les États-Unis peuvent-ils frapper l'Iran avec l'arme atomique comme le précisait Schneider JR?

Webster G. Tarpley : La base tout entière du régime Obama, dans les cercles impérialistes US, est de plus en plus consciente que les États-Unis sont bien trop faibles, bien trop détestés, bien trop en faillite pour entreprendre de nouvelles aventures au Moyen-Orient dès maintenant. C'est pourquoi ils se rétractent en refilant la responsabilité (à d'autres, NDT), en faisant la guerre par le biais de mandataires ou de marionnettes kamikazes, comme la façon dont l'Ethiopie a été jouée contre la Somalie il y a quelques années.


ReOpen911 : Si les États-Unis et la Russie échouent à faire accepter à l'Iran l'arrêt de son programme nucléaire, Israël peut-il frapper l'Iran comme il a frappé l'Irak de Saddam Hussein ?

Webster G. Tarpley : Successivement, Gates, Panetta, Biden et Obama lui-même ont ordonné à Israël de laisser tomber, d'abandonner toute idée d'attaque en solo contre l'Iran, en se coupant de ses alliés. J'ai écrit à ce sujet dans "Barack H. Obama: la biographie interdite". Je crois que les Anglais sont sur la même ligne. Le sénateur Kerry et Obama ont également dit que l'Iran a droit à un programme d'énergie nucléaire pacifique. Tout ceci renforce l'idée que les USA tentent désespérément de faire de l'Iran une marionnette kamikaze contre la Russie et/ou la chine. Ceux qui persistent à ignorer cette tendance vivent dans le monde tel qu'il était avant décembre 2007, quand les estimations officielles des services de renseignement US annonçaient qu'il n'y avait pas de programme d'armes nucléaires iraniens. Je doute que les Israéliens amorcent une telle attaque. S'ils le font, ce serait évidemment une réelle catastrophe mondiale. Nos ami du Quai d'Orsay devraient faire leur possible pour dissuader Netanyahu & co.


ReOpen911 : Étant donné que les services de renseignement US ont indiqué que l'Iran a stoppé son programme nucléaire militaire depuis 2003, doit-on accepter un Iran avec un nucléaire civil ?

Webster G. Tarpley : Bien sûr, malgré la démagogie belliciste de Sarkozy et de Kouchner sur ce point, quand ils ont essayé de monter au front. Chaque pays a un droit inhérent et inaliénable à la science, à la technologie, à l'industrie et à la production d'énergie moderne, et dans le monde d'aujourd'hui, cela ne peut que signifier l'exploitation pacifique de l'énergie nucléaire. C'était la base de la politique étrangère américaine durant la majeure partie de la guerre froide, l’initiative "Atome pour la paix" de Eisenhower.

Tous les pays du monde qui tiennent à affirmer leur souveraineté et leur droit au développement considèrent désormais sérieusement l'examen d'une application importante de l'énergie nucléaire, à commencer par la Chine, l'Inde, la Russie, la Jordanie, et beaucoup d'autres. Ils suivent en cela l'exemple français très réussi, bien plus éloquent que les discours de Sarkozy. Après les violations massives du régime de non-prolifération, scellé par l'accord USA-Inde sur le nucléaire, les États-Unis n'ont aucun scrupule quand il s'agit d'intimider et de harceler les autres sur cette question.


ReOpen911 : La colonne vertébrale de la politique étrangère américaine en Europe, c'est le Traité ABM et l'élargissement de l'OTAN. Que pensez-vous de cette provocation envers la Russie et du risque de voir s'affronter des alliés européens?

Webster G. Tarpley : L'élargissement de l'OTAN est au mieux inutile et très dangereux dans la plupart des scénarios probables. Quelle personne de bon sens voudrait s'engager à se battre et à mourir pour un individu dément comme Saakashvili, après qu'il a démontré son instabilité mentale lors de son attaque kamikaze contre la Russie en août 2008? Quelle personne de bon sens voudrait être engagée dans la dernière aventure de cette bande de kleptocrates du FMI à Kiev? Lorsque l'Allemagne de l'Est a été ré-intégrée à l'Allemagne de l'Ouest, les États-Unis ont donné des engagements spécifiques à la Russie, à savoir que les forces de l'OTAN n'entreraient pas dans l'ancienne Allemagne de l’Est. Maintenant, elles ont pénétré beaucoup plus loin. Il est temps d'inverser cette tendance. J'invite instamment la France à reconsidérer l'idée de réintégrer la structure de commandement de l'OTAN.

Compte tenu de l'engagement américain dans les régimes instables et agressifs à la porte de Russie, la France court le risque d'être entrainée dans une guerre catastrophique dans le sillage anglo-américain. Ce n'est pas l'avenir d'une grande nation comme la France. Nous pouvons aussi voir qu'une deuxième série de pays provocateurs composée de la Lettonie, de la Lituanie, de l'Estonie, de la Pologne, de l'Ukraine, et de quelques autres peuvent être jetés dans la lutte contre la Russie pour des questions telles que l'arrêt des livraisons de gaz naturel en Europe de l'Ouest à peu près chaque hiver.


ReOpen911 : À propos du traité ABM, que pensez vous de l'implantation du bouclier anti-missiles dans des pays de l'Europe de l'Est comme la République Tchèque, sans aucun accord du parlement européen? Voir http://fr.rian.ru/world/20081110/118227844.html

Webster G. Tarpley : J'ai à maintes reprises sollicité Obama en public pour qu'il prenne des engagements précis, s'il veut prouver qu'il est vraiment l'ange de la paix qu'il prétend être. Le premier est d'annoncer qu'il n'y aura pas de déploiement de systèmes ABM en Pologne, car ils peuvent être facilement mis en œuvre lors d'une première frappe nucléaire préventive stratégique contre la Russie, jetant ainsi à nouveau le monde dans le contexte explosif de l'ancienne guerre froide. Obama pourrait simplement annoncer : « La crise des missiles polonais ne se produira pas ». L'autre engagement qu’Obama pourrait prendre serait de retirer tout soutien des États-Unis à l'élargissement de l'OTAN. C'est ce que tout Européen sensé exigerait qu'il fasse. Au lieu de cela, nous avions 200 000 fans allemands dupés par Obama à la porte de Brandebourg l'été dernier.


ReOpen911 : Dans ce contexte actuel, comment voyez-vous l'intégration de la France dans l'OTAN, et de sa participation à la guerre contre le terrorisme ?

Webster G. Tarpley : Je recommanderais à la France de ne pas se soumettre au commandement de l'OTAN. Le Président de Gaulle avait absolument raison d’expulser de Versailles les quartiers généraux de l'OTAN et de retirer la France de la structure de commandement de l'OTAN. Cela n'a pas terni les relations amicales franco-américaines, mais a empêché les éléments anarchiques au sein de la structure de l'OTAN de provoquer de sérieux problèmes en France.
Je pense en particulier au général Lyman Lemnitzer qui est monté au créneau avec l'idée de l'opération Northwood lorsqu'il était au Pentagone et qu'il allait devenir le Commandeur de l'OTAN, faisant tout pour installer Gladio en Italie et dans la plupart des pays de l'OTAN. Pour résumer, De Gaulle avait raison, l'Ouest a besoin que la France préserve son indépendance intellectuelle et son aptitude à développer une critique responsable et réaliste sur les excès des Anglo-Américains. C'est ce qu'a fait de Gaulle, et c'est ce que l'on attend des leaders français dans le futur.


ReOpen911 : À propos du 11 septembre 2001, pensez-vous qu'une enquête indépendante puisse voir le jour ? Si oui, serait-elle issue d'une décision de justice américaine ou d'une action internationale comme les "Politics for 9/11 Truth" (Dirigeants politiques pour la vérité sur le 11/9, NDT) ?

Webster G. Tarpley : L'importance du mouvement pour la vérité sur le 11/9 qui a débuté dans la société américaine fin 2006 et en 2007, s'est largement fragmentée jusqu’à devenir impuissante. Tandis que la campagne des élections primaires commençait à rassembler des énergies en 2007, de nombreux anciens activistes du 11/9 ont fait la grave erreur de sacrifier leur propre activité à des politiciens professionnels promettant de faire quelque chose pour enquêter sur le sujet. Dennis Kucinich, candidat de gauche au parti libéral démocratique, a promis publiquement qu'il enquêterait sur le 11/9 tout comme sur l'affaire du B-52 « voyou » survenue en août-septembre 2007, juste après qu'un groupe d'activistes dont je faisais partie ait émis l'avertissement de Kennebunkport, mettant l'accent sur le fait que Cheney était en train de faire une dernière tentative pour amorcer la guerre contre l’Iran. C'était au moment où les Israéliens lançaient leur raid aérien sur la Syrie. Mais Kucinich n'a pas tenu sa promesse. Une section plus grande encore du 9/11 Truth Movement a été engloutie par Ron Paul, le député du Texas et candidat libertaire républicain. Ron Paul n'a pas avancé de telles promesses publiques comme Kucinich l'avait fait, mais il assura en privé les activistes du 11/9 Truth Movement qu'il partageait leurs points de vue et qu'il le dirait publiquement le moment venu. Sur ces certitudes, de nombreux activistes ont donné de leur temps, de leur argent et leur soutien à la campagne présidentielle de Ron Paul. Mais, lorsque, dans un débat national sur la télévision câblée auquel assistait toute la presse nationale, l’on interrogea Ron Paul, il affirma avec véhémence qu'il considérait que les idées du 9/11 Truth Movement étaient absurdes et l'embarrassaient, ajoutant que les activistes devraient abandonner leurs efforts. Il affirma aussi que son scepticisme à l'égard du rapport de la Commission du 11/9 était égal à son scepticisme à l'égard des documents du gouvernement, ni plus, ni moins. Finalement, lorsqu'il fut clair qu'Obama avait une réelle chance de devenir Président, le reste des libéraux de gauche renonça pour rejoindre la quête messianique et utopique présentée par Obama.

Comme une conséquence, le mouvement pour la Paix, le mouvement pour la destitution (et le procès de Bush, NdT) et le Mouvement pour la vérité sur le 11/9 ont littéralement été balayés. Ceci illustre le rôle important tenu par Obama dans la suppression des protestations et la protection de l'Establishment (l’élite, NdT) de Wall Street contre l'agitation populaire. Maintenant, il faudrait l'implication décisive d'un ou de plusieurs leaders mondiaux hors des États-Unis pour réaliser l'indispensable enquête internationale indépendante de la commission pour la vérité sur le 11/9.


ReOpen911 : Beaucoup de citoyens ont découvert la géopolitique et les coulisses des conflits en tentant d'en apprendre plus sur le 11 septembre 2001. Que diriez-vous à tous ces gens qui découvrent, souvent horrifiés, que bon nombre de guerres et d’attentats sont fabriqués par des États et/ou des groupes d'intérêt contre les intérêts des peuples ?

Webster G. Tarpley : À ce propos, le problème de la politique étrangère US ne se situe pas essentiellement au sein du gouvernement fédéral, mais résulte du fait que la politique étrangère US est largement fabriquée par les intérêts bancaires de la très puissante Wall Street qui opère à travers des organismes tels que le Conseil des Relations étrangères, la Commission Trilatérale, le groupe Bilderberg, et la très insidieuse Société du Mont-Pèlerin qui s'occupe d'économie. Obama, Biden, Holbrook et bien d'autres sont les valets de ces banquiers de Wall Street. Ces forces ne suivent pas une politique américaine nationale qui dicterait par exemple les bonnes relations entre les États-Unis et la Russie, comme elles étaient maintenues durant la Révolution Américaine lors de la Guerre Civile américaine et durant l'administration de F.D. Roosevelt.

Plutôt qu'une politique nationale américaine, nous avons une politique favorable aux financiers et aux impérialistes. C'est également la mentalité de la City de Londres et d'une partie de la Commission Européenne et de la Banque Centrale. Nous vivons un âge de prépondérance oligarchique à travers le globe. La seule façon d'y remédier est d'augmenter la politisation et l'activisme d'une partie de la société moderne qui tend généralement à être réduite à une stupeur passive, à de l'apathie, à une aliénation via la culture populaire.


ReOpen911 : Internet joue un rôle très important dans la mise à disposition d'informations et donc à ce qu'on pourrait appeler une « éducation des masses » ; selon vous, une action concertée débouchant sur une censure sur ce réseau est-elle à l'ordre du jour ?

Webster G. Tarpley : L'un des aspects positifs du système US a été la forte protection de la liberté d'expression incarnée par le Premier Amendement de la Constitution américaine. Vous pouvez la comparer avec la terrible situation d'un pays tel que la Grande-Bretagne. Les libéraux totalitaires du régime Obama sont clairement très hostiles à la poursuite de cette tradition de libre expression. Ils aimeraient réduire le domaine de la liberté d'expression en utilisant le prétexte de la législation du crime destinée à déclarer illégal non pas des actes criminels, mais plutôt les opinions entretenues par ceux qui commettent de tels actes criminels - déclarer illégales des opinions est une idée très étrange en jurisprudence.
Le Parti Démocrate semble également vouloir réduire au silence ou intimider l'aile droite ou les commentateurs radio réactionnaires très en vue dans ce pays, et qui représentent l'une des forces principales critiquant le régime Obama. Ceci est tenté sous le prétexte d'obliger les diffuseurs se servant des ondes publiques à offrir une large variété d'opinions politiques, ou à représenter des groupes de communautés locales. Il aurait mieux valu interdire à une corporation la détention totale des mass media dans une ville donnée et ainsi laisser le discours évoluer.


ReOpen911 : Vous qui êtes souvent pessimiste quant à l'avenir (cf. votre dernier livre où vous expliquez votre peu d'espoir en Obama) avez-vous des espoirs pour un avenir plus pacifié ?

Webster G. Tarpley : Ne pas croire à la démagogie des marionnettes de Wall Street tels qu'Obama ne fait pas de moi un pessimiste, simplement un réaliste. Obama a passé son apogée; il est maintenant sur la pente descendante, bien que le danger de nouvelles opérations sous fausse bannière visant la Russie, la Chine, le Soudan, le Pakistan ou d'autres nouvelles cibles augmente certainement maintenant. Ayant étudié Platon, Leibniz et Machiavel, je suis optimiste en ce qui concerne les perspectives d'actions dans ce monde. Je suis avec Leibniz et contre Voltaire sur ces points. J'approuverais également ce que dit Dante sur le point essentiel de sa Divine Comédie dans le Canto de Marco Lombardo où l'accent est mis sur le fait que l'état du monde ne tient pas de la responsabilité de Dieu, de la prédestinée ou d'un mauvais sort, mais qu’il s’agit plutôt d’une tâche déléguée aux êtres humains qui doivent exercer leur libre arbitre.
Les gens doivent comprendre que l'action historique mondiale est plus réalisable dans l'instant présent qu'à n'importe quel autre moment de l'histoire; il est temps de tirer avantage de ces possibilités avant que la porte des opportunités ne se ferme, ce qui peut survenir n'importe quand.


ReOpen911 : Pour terminer, vous qui connaissez si bien les rouages des Machiavels de notre temps, qu'est-ce que nos lecteurs et les citoyens peuvent faire pour aider le monde à être meilleur et plus en paix ?

Webster G. Tarpley : Il n'y aucune raison de subir une dépression économique mondiale, ni une prochaine guerre mondiale qui pourrait suivre la même séquence d'événements que nous avons connus dans les années 1930.

Avant tout, les lois de l'économie ne sont absolument pas mystérieuses. Je les expose dans mon nouveau livre, Surviving the Cataclysm (Survivre au cataclysme). Pour sortir d'une dépression, on a d'abord besoin de faire ce qu'il faut pour réduire le fardeau du capital fictif et des revenus spéculatifs de l'économie mondiale.

Cela signifie faire des choses comme interdire la bulle des dérivés de 1,5 million de milliards de dollars ($1,5 quadrillion), ou taxer les dérivés jusqu’à disparition, interdire les prêts hypothécaires à taux ajustables, déclarer illégaux les « fonds de couverture » hautement spéculatifs (hedge funds), arrêter la saisie des maisons, des fermes et des commerces, taxer les spéculateurs par la taxe Tobin de 1%, réguler de nouveau les marchés pétroliers, saisir et fermer les banques zombies en banqueroute qui dominent Wall Street et la City de Londres.

Nous devons saisir la Réserve Fédérale américaine, la Banque Centrale Européenne et les banques centrales contrôlées par le privé et les nationaliser. Elles devraient commencer par faire des prêts à 0% pour les activités productives, par lesquelles j'entends la création de biens physiques tangibles sous forme d'industrie, d’agriculture, de construction, de transports, du bâtiment, des mines, de la recherche scientifique, des équipements de santé et autres préalables nécessaires à l'existence humaine.

Ceci est particulièrement aigu ici aux États-Unis, car toute l'économie approche le point d'un effondrement physique ou thermodynamique. Dans ce pays, nous devrions construire un millier d'hôpitaux, construire cent réacteurs nucléaires haute température de quatrième génération à lit de boulets, construire 170 000 km de rails Maglev (NDT, pour train à sustentation magnétique), reconstruire le système autoroutier inter-États, et reconstruire toutes les installations d'eau et d'épuration. Il nous faut un programme percutant en physique de haute énergie pour résoudre les problèmes actuels de la fusion de l'énergie thermonucléaire. Il nous faut un programme percutant en recherche biomédicale pour trouver les remèdes aux maladies terribles qui affectent l'humanité. Ce sont des efforts, qui par définition devraient être internationaux. 

Bien sûr, nous devons totalement financer et restaurer le réseau de sécurité sociale qui sera important pour les victimes de la dépression dans les deux ou trois ans à venir. Pour couronner le tout, on aura besoin d'une nouvelle conférence monétaire mondiale pour créer un système monétaire mondial viable pour redémarrer le commerce mondial et promouvoir le développement économique et technologique de l'Afrique, de l'Asie du Sud, la plupart des pays d' Amérique Latine, l'Europe de l'Est et d’autres zones dont le développement économique a été empêché.

Il faut s'intéresser aux grands projets d'infrastructure mondiale comme le Maglev de Dakar à Djibouti, le Maglev du Cap au Caire, des ponts et des tunnels le long de la Méditerranée à Gibraltar et entre la Sicile et la Tunisie, un système Maglev Eurasien, un pont tunnel pour le détroit de Béring, un nouveau Canal Thaï (NDT: l'isthme de Kra en Malaisie), une « Tennessee Valley Authority » pour le Gange, le Brahmapoutre, le Mekong, l'Amazone et d’autres systèmes fluviaux dans le monde (NDT, Tennessee Valley Authority : entreprise américaine chargée de la navigation, du contrôle des crues, de la production d'électricité et du développement économique de la vallée du Tennessee), et le développement du transport fluvial en Afrique avec un système d'écluses et de canaux entre le haut Nil et le haut Congo.

Nous devrions faire ceci avec la pleine conscience que si nous ne réalisons pas ces étapes progressives nécessaires de notre vivant, la civilisation mondiale pourrait sombrer dans une période de chaos, des horreurs qu'il est difficile de concevoir pour le moment, mais qui devraient être suffisamment claires. Ma litanie favorite reste celle d'un mineur espagnol de la région au nord de l'Espagne, les Asturies, qui me disait que son credo personnel était : « Ton choix dans le monde moderne est clair. Soit actif avant de devenir radioactif. Alors, choisis. » Cette alternative n'a pas autant changé qu'on le croit. Mon espoir est que de plus en plus de gens choisissent d'être actifs.


Articles de Webster Tarpley publiés par Mondialisation.ca

source:

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

21/01/2009

Terrorisme d'Etat : Marc Ravalomanana a définitivement atteint le point de non-retour vers sa chute

Terrorisme d'Etat : Marc Ravalomanana a définitivement atteint le point de non-retour vers sa chute

Email Imprimer PDF

Ravalomanana et l'Etat terroriste

Le 21 janvier 2009, Marc Ravalomanana a définitivement atteint le point de non-retour vers sa chute. Jamais deux sans trois après Philibert Tsiranana et Didier Ratsiraka. Mais lui, il utilise le terrorisme d’Etat.

Alors que le peuple malgache attendait des explications claires et précises dignes d’un dirigeant sensé, à propos des dossiers actuels qui minent l’atmosphère socio-politique du pays, voilà que Marc Ravalomanana se met à prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. De ma vie de journaliste, je n’ai jamais entendu de telles énormités de la part d’un président malgache. Marc Ravalomanana se prend vraiment pour Dieu le Père. En tout cas, étant donné, dans la foulée, qu’il a intimé les journalistes à dire (écrire c’est mieux) la vérité vraie, il sera servi sur madagate.com. Donc, ne vous faites pas de souci, je garde l’enregistrement de cette déclaration.

 

Le président Ravalomanana lors de ces récentes visites trop impromptues pour être sincères et honnêtes

Marc Ravalomanana a du répondant de très bas étage. Quelques-unes de ses réponses aussi légères que son jet à 60 millions de dollars, voici les termes de Marc Ravalomanana, entendus sur Tvm et Tv Plus, aux Journaux Télévisés du 21 janvier 2009, concernant les desiderata du peuple malgache via Andry Rajoelina devenu son porte-parole par la force des choses :

« Tsy maintsy tafa-petraka eto ny demokrasia marina. Aza mieritreritra ianareo ho lany andro etsy sy eroa, fa tsy ety ety an-dalàna no handeha iteniteny hoe izao ny demokrasia. An an an ! Ary manara-penitra ohatran’ireny any Etats-Unis ireny. Aza matahotra ianareo ! Tsy izay fa ny demokrasia dia miainga avy amin’ny lalàna. Hampitaotao, indrindra fa ianareo mpanao gazety : lazao ny tena marina, aza milaza zavatra tsy marina ». (Nous allons instaurer la vraie démocratie. Ne perdez pas votre temps à vouloir le faire ici et ailleurs, dans la rue. Ce n’est pas çà la démocratie qui émane des lois. Elle sera aux normes comme aux Etats-Unis). Ravalomanana prend vraiment ses désirs pour des réalités et il a oublié d’où il est arrivé au pouvoir : de la rue !
« N’iza n’iza milaza azy ho mafy be, tsapao aloha ny herinareo !» (Quel qu’il soit qui se croit fort, qu’il jauge d’abord ses forces). Nous avons affaire à un charrettier, ma parole.

Madagascar : Ravalomanana is a State terrorist


« Mikasika io raoplinanina io. Izaho ve no nibaiko an’io minisitra io hividy azy dia izaho ihany no anala azy ?(…). Maninona aho nividy raopilanina ? Raopilanina novidiako io raopilanina afaha-tsika manamafy sy miasa aingana dia aingana mihitsy amin’ireo firenena manan-katao. Firy miliara de dollars ny vola azon-tsika hatramin’izao ? 4,7 milliards de dollars no azo tamin’iny Map iny. Valeur-na 60 millions de dollars dia mitabataba. Izy koa tsy zavatra raopilanina rahateo ka tsy mahagaga. Ny Banque Mondiale sy ny Fmi tsy nisy niteny ahy na kely aza ! Nanaraka procedure ve ianao ? Ie nanaraka. Izay fotsiny» (A propos de cet avion. C’est moi qui ai donné l’ordre à ce ministre de l’acheter (le ministre des Finances) et c’est moi qui vais le révoquer ? Pourquoi ai-ja acheté cet avion ? Parce qu’il me permettra d’accélérer mes travaux d’approches dans les pays riches. Combien de milliards de dollars avons-nous engrangé depuis ? 4,7 milliards de dollars pour le Map. Alors pour quelques pauvres 60 millions de dollars il y en a qui haussent le ton ? Rien de plus normal puisqu’ils n’ont pas l’habitude de prendre l’avion. Même la Banque mondiale et le Fmi ne m’ont pas fait de reproches. Ils ont simplement demandé si j’avais suivi la procédure. J’ai répondu, oui. C’est tout).

J’arrête là tellement c’est écoeurant, n’est-ce pas ? Avilir ainsi son propre peuple, c’est… surnaturel. J’ai tous les enregistrements. Ce que vous lirez sur le site officiel de la Présidence est très loin de ce qu’il a vraiment dit. Mais ces rédacteurs ne sont pas des journalistes : « Lazao ny tena marina, aza milaza zavatra tsy marina » a pourtant dit le Big Boss. Ridicules va !

Marc Ravalomanana au temps de « l’innocence »

Maintenant, je présente au monde entier qui est véritablement l’actuel président de Madagascar.

Contrôle financier ! Voilà l’arme (fatale) du régime Ravalomanana pour éliminer tous ceux qui n’ont pas la même vision que L’Etat-Tiko-Tim.
En venant à Madagascar, Robert Zoellick se fera le complice d’une très mauvaise gouvernance et de mille entorses à l’orthodoxie financière si sa présence n’est pas pour, justement, demander de plus amples explications qui doivent être rapportées de manière exacte au peuple malgache. Pourquoi de tels agissements de la part d’un homme porteur d’espérance, de développement et de dignité humaine ; porté au pouvoir par ce peuple malgache en 2002, après avoir vécu d’horribles souffrances et payé de ses larmes et de son sang ?

Dès qu’il a été réélu, en décembre 2006, Marc Ravalomanana a ajusté la Constitution malgache pour pouvoir, à coups d’ordonnances, diriger Madagascar comme son entreprise. Entreprise de transformation de produits laitiers, au départ, devenu un empire qui est présent dans pratiquement tous les secteurs économiques qui marchent. Il n’y aurait rien à redire si ce n’est sa manière machiavélique d’avoir éliminé les opérateurs économiques malgaches performants pour s’accaparer de leurs affaires existantes depuis des décennies. Certains ont mis la clé sous le paillasson d’eux-mêmes, d’autres ont déclaré faillite, le reste tentent encore de lutter. Mais, avec tout l’appareil étatique et l’arme fatale que constitue le contrôle financier, ce qui, dans d’autres cieux aurait été qualifié d’OPA, devient un terrorisme d’Etat pur et simple. Remontons aux origines.

Didier Ratsiraka, le facilitateur de sa propre défaite

Dans les années 80 d’une révolution malgache à pensée et parti uniques, qui allait virer brusquement à un pseudo-libéralisme, personne ne se souciait du village d’Imerikasinina, pas plus que d’un quidam nommé Marc Ravalomanana dont on ignore le rôle exact des parents durant les évènements de 1947. Date à laquelle, d’ailleurs, il aprécisé qu’il n’était pas encore né… Dans une atmosphère digne des années de privation de guerre mondiale, ce Ravalomanana a réussi à être gratifié de financements de la part de la Banque mondiale, pour racheter à vil prix les sociétés d’état Mamisoa et Lalasoa qui traitaient le soja pour en faire du lait. Ce, dans le cadre de la vague de privatisations, après des nationalisations à outrance qui n’ont mené strictement à rien sinon à la paupérisation du peuple, visible à travers le phénomène 4 amis (peuple de la rue). Hors circuit politique, Marc Ravalomanana a pu avoir ce financement grâce au président Didier Ratsiraka qui l’a cautionné. Comment le dictionnaire Larousse définit Marc Ravalomanana ? :

« Autodidacte d'ethnie merina, il transforme, grâce à un prêt de la Banque mondiale, la laiterie artisanale et familiale en un vaste empire agroalimentaire, le groupe Tiko. Quoique novice en politique, il se fait élire à la mairie d'Antananarivo (1999) avant de se présenter – sous la bannière de son mouvement, le Tiako'i Madagasikara (« J'aime Madagascar », T.I.M.) – contre Didier Ratsiraka à l'élection présidentielle de 2001. Déclaré en ballottage favorable devant le président sortant, il récuse ce résultat et, fort d'un important soutien populaire, s'autoproclame président de Madagascar le 22 février 2002. À la suite d'un accord entre les deux « présidents » portant sur un nouveau décompte, la Haute Cour constitutionnelle proclame M. Ravalomanana élu au premier tour avec 51,46 % des suffrages. Celui-ci est investi le 6 mai 2002. Gérant le pays comme un chef d'entreprise, il met en œuvre une politique de réformes et de relance économique volontariste. Il est réélu en décembre 2006 ».

Ce passage dans le Larousse explique tout ce qui se passe actuellement. Ravalomanana n’avait aucune prédisposition pour devenir un homme d’Etat. Un homme de pouvoir, peut-être, mais pas un homme d’Etat. Nuance. En fait donc, il aura tout appris sur le tas de ce « métier » de président de la république. En 2001, Didier Ratsiraka sent venir le danger de la part de ce candidat déclaré aux élections présidentielles du 16 décembre, fait faire un contrôle fiscal à sa société. Résultats : il devait s’acquitter de 330 milliards fmg d’arriérés d’impôts et d’amendes diverses. Tous ses avoirs ont été gelés, y compris son avion immatriculé en Afrique du Sud. Mais auparavant, voici ce qu’à vécu ce futur terroriste d’Etat :

Le 30 novembre 1982, le Tribunal Spécial Economique d’Antananarivo le condamne à six mois d’emprisonnement avec sursis pour permutation non autorisée et défaut de mentions obligatoires. Puis, il a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora sous le matricule 66, dans la procédure n°230 RP/88/TSE/130. Ce, pour tentative de sabotage économique et corruption. Mais il a trouvé le moyen d’utiliser l’artifice d’accord à l’amiable avant jugement.

L’empire Tiko s’est bâti dans des conditions pas très claires du tout. Et çà continue

De 1996 à fin 2002, l’entreprise Tiko, dont il était Pdg, a bénéficié d'exonérations douanières se chiffrant à plusieurs centaines de milliards de fmg. Ce, grâce à la « bienveillance » de Norbert Lala Ratsirahonana, alors, Premier Ministre. Une fois porté par le peuple à la présidence, Marc Ravalomanana est pratiquement sauvé. Il ne devra plus rien payé des 330 milliards fmg et ses affaires reprendront de plus bel jusqu’à devenir un empire. Il aura vite fait de faire disparaître le dossier fiscal de son entreprise (impôts impayés de 197.920.396.632 fmg et Procès-verbal du 9 Novembre 2001 pour fausses déclarations, minorations, défaut de déclaration et non paiement de droits et taxes, et ventes sans factures). Car il avait nommé, en tant que DG, des impôts Jonah Randriambololona, alors conseiller fiscal de Tiko et déjà au départ pour la retraite. Il faut aussi se souvenir qu’à la même époque, un incendie a ravagé les locaux de Tiko de Tanjombato. Il paraît que le feu purifie tout… Mais on ne peut pas tout faire disparaître sans laisser aucune trace. « Mpamosavy mandeha alina aza misy mahita » (la sortie nocturnes de sorcière a toujours un témoin). La vérité remonte au moment où on l’attend le moins…

En résumé, s’il n’avait pas eu l’appui populaire, Marc Ravalomanana serait, à l’heure actuelle, un pauvre paysan malgache, parmi des millions, ressassant ses déboires dans son village d’Imerikasinina. Aussi, Dieu n’a rien à voir dans son accession au pouvoir. Il s’agissait d’un concours de circonstances pour évincer un dictateur qui méprisait le peuple.

Qui aurait pu se méfier de ce regard ? Etrange, néanmoins. Non ?

Mais pourquoi alors, depuis près de 7 ans, Marc Ravalomanana s’obstine à détruire le tissu économique malgache à son seul profit et au profit de multinationales et autres sociétés étrangères qui n’ont rien de philanthropiques pour un sou ? Pour confirmer l’adage malgache « Ny tody tsy misy fa ny atao ihany no miverina »? (Faire subir à autrui ce que l’on vous a fait subir). En fait, cela est logique, connaissant les origines de ce président pas comme les autres… Il ne veut plus revivre ce spectre de la pauvreté totale jusqu’à attraper la folie des grandeurs voire la mégalomanie. Et puis, chassez le naturel, il reviendra toujours au galop. Ainsi, alors que le Bianco (Bureau indépendant anti-corruption) exige que tous les Malgaches occupant un poste à haute responsabilité, élus ou nommés, déposent une déclaration de leurs biens meubles et immeubles, ce fut avec dédain que Marc Ravalomanana, réélu en 2006, a répondu : « Pourquoi faire, puisque je l’ai déjà fait en 2002 ? ». Face à cela, la Hcc (Haute cour constitutionnelle truffés de hauts conseillers constipés) et le Bianco ne pipent mot. Et la publicité de ce dernier ne concerne que les personnes à partir du Premier ministre. Car il s sont encore nombreux ceux qui n’ont pas daigné faire cette déclaration… Marc Ravalomanana est actuellement intouchable et, par synergie, sont aussi intouchables toutes les sociétés qui forment l’empire Tiko, jamais soumis à un quelconque contrôle fiscal et bénéficiant de toutes les exonérations possibles et imaginables en matière de douanes et d’impôts. Une de ses sociétés ne se trouve-t-elle pas dans l’enceinte même du port de Toamasina ? Celle visitée par feu le président zambien, Lévy Mwanawasa. Mais pour les autres sociétés, malgaches de surcroît, ce contrôle financier devient une arme de terrorisme d’Etat. Voici les cas les plus connus :

Que sont devenues les prestigieuses Papeteries de Madagascar (Papmad) de Patrick Ratsimba Rajaonary, hommes d’affaires, ancien président du Syndicat des Industries de Madagascar (Sim) et ancien candidat aux présidentielles du 16 décembre 2001 ? Disparues pour toujours, à la suite d’un contrôle fiscal, car le groupe Tiko a investi dans ce secteur de la papeterie. M. Rajaonary (54 ans à présent) a préféré purement et simplement jeté les gants en cédant ses biens pour une bouchée de pain afin de vivre sans souci.

Que sont devenus les prestigieux établissements Ramanandraibe ayant fait vivre de nombreuses familles sur la côte Est, et ailleurs, à travers des travaux de collecte de vanille, girofle et café ? Ils tournent actuellement à peine au quart de leurs rendements, à la suite d’un contrôle fiscal, le groupe Tiko ayant investi dans ses secteurs d’exportation ayant fait la renommée des produits Made in Madagascar ?

Qu’est devenue la Kobama (Koba malagasy) d’Edgard Razafindravahy, avec financements américains, qui œuvrait dans le secteur de la farine du côté d’Andranomanelatra, à 20 km d’Antsirabe. Disparue après un contrôle fiscal, le groupe Tiko ayant investi dans ce secteur. L’an dernier, Edgard Razafindravahy, Dg du groupe Prey, ayant repris le groupe audiovisuel Rta, a relooké la radio Antsiva pour en faire une plate-forme de démocratie en donnant la parole aux gens. Suite à un contrôle fiscal, il a du s’exiler à l’île Maurice. Non pas parce qu’il se sentait ou était coupable de quoi que ce soit mais parce ce système de contrôle fiscal ressemble aux perquisitions dignes des plus vils films de série Z. Style quand on veut abattre son chien on l’accuse d’avoir la rage. Avec les pouvoirs publics comment éliminer le plus honnête des citoyens mais qui présente un danger pour un régime en place ? En fabriquant des preuves. Et c’est la condamnation à coup sûr.

Comment salir le nom et la réputation de Jeannot Andrianjafy alias Jeannot Le Quartz, présent dans le secteur minier depuis plus de 40 ans ? En accusant son épouse et en l’appréhendant comme la dernière des voleuses, sur le fait qu’elle a été complice de « l’évasion » de « l’émeraude » de plus de 600 kg qui a été exposé à Hong Kong. Des émissaires du pouvoir y sont allés pour revenir bredouilles et ridiculiser la Nation malgache tout entière. Mais les établissements Le Quartz ont été fermés car le groupe Tiko a investi dans ce secteur minier.

Qu’est devenue la Savonnerie Tropicale, fleuron de l’industrie malgache depuis le retour de l’Indépendance ? Noyée dans la masse de ces produits d’exportation à moindre coût, autorisés mais nocifs et dangereux et pour le tissu économique malgache lui-même et pour la santé des consommateurs. Saviez-vous que dans les Magro, grandes surfaces au groupe Tiko, on ne trouve aucun produit de la Savonnerie Tropicale ? Elle est belle la notion de fierté malgache vantée par Ravalomanana himself qui monopolise tous les produits laitiers et l’huile de table à Madagascar. Ce ne sont que les exmples connus car énormément de petits fermiers et riziculteurs de la région du lac Alaotra ont été purement et simplement dépouillés sous la peur. En passant, le président Ravalomanana ne parle plus de la fameuse RN 44 reliant Antananarivo à Ambatondrazaka. Encore un coup d’éclat mensonger à son compte qui devient de plus en plus lourd.

Actuellement, ce sont les deux sociétés gérées par l’épouse du maire Andry Rajoelina (Injet et Doma Pub) qui vont faire l’objet d’un contrôle fiscal. Les 27 et 28 janvier 2009. Ce, immédiatement en réponse à la démonstration de force des Antananariviens, le 17 janvier 2009, lors de l’inauguration de la Place de la Démocratie à Ambohijatovo. Pire encore, après avoir fait enlevé par cinq colonels, le matériel de transmission/diffusion de la télévision Viva, en s’introduisant dans les locaux d’Ambohimitsimbona comme de vulgaires cambrioleurs, le pouvoir Ravalomanana a adressé une lettre de mise en demeure à la radio Viva, considérant l’émission « Anao ny fitenenana » (à vous la parole), comme une « incitation à la désobéissance civile ».

Tout se passait à Sandton City mais le Sommet était bien le Sommet de Johannesburg

Mais plus pire encore, bien que ces termes soient impropres : le contrôle fiscal que le pouvoir actuel compte effectuer auprès des sociétés du père de l’épouse du Maire, M. Razakandisa, donc beau-père du Maire Andry Rajoelina. Et vous voulez encore que j’écrive cet article en utilisant des mots plus « modérés » ? En résumé donc, à Madagascar, le terrorisme se trouve au sommet de l’Etat. Dernière aberration. Le Premier ministre a annoncé que le Sommet de l’Union africaine aura lieu à Ivato et non à Antananarivo. Décidément, ces terroristes n’ont plus aucune décence. Ayant été le seul journaliste malgache à avoir couvert le Sommet pour le Développement durable en Afrique du Sud, en septembre 2002, je répondrai ceci : le Centre de Convention (Convention Center) ainsi que l’hôtel Hilton, lieux de toutes les conférences et de la réunion des dirigeants des pays francophones, se trouvent à Sandton City, province du Gauteng. Mais le Sommet s’appelait et est toujours connu comme étant le Sommet de Johannesburg pour le Développement durable !
Dans cette manière de diriger la Nation, l’insécurité règne à Madagascar : insécurité de l’environnement des affaires pour les opérateurs nationaux ; insécurité dans le devenir même des Malgaches qui n’auront pas la même vision que Marc Ravalomanana à la fois président de la république, Premier ministre, ministre de tous les secteurs, chef de région et chef fokontany. De mémoire de journaliste, métier que j’exerce depuis plus de 20 ans, je n’ai jamais vu de président de la république passait autant de fois à la télévision. Pratiquement tous les jours. Et, dans ce contexte de la télévision, le pouvoir actuel est en train de dresser un pylône, juste devant les locaux de la radio Viva à Ambohimitsimbona, pour y monter un émetteur de très haut voltage afin de brouiller les ondes de la FM 98.8.

Yes, Mister Président Barack Obama : You have make deep reflexion and know what’s exactly happen in Madagascar before helping its “poo”r people… thank’s a lot

Les coups bas les plus vils proviennent bel et bien de ce régime qui n’a qu’une idée en tête : mener à bien, coûte que coûte, l’organisation du Sommet de l’Union africaine. Mais comme la déclaré le Président Abraham Lincoln, idole donc du Président Barack Obama : “ You can fool some of the people all of the time, and all of the people some of the time, but you can not fool all of the people all of the time ”. En français : Vous pouvez indéfiniment tromper certaines personnes, ou encore tromper tout le monde pendant un certain temps, mais vous ne pouvez indéfiniment tromper tout le monde. Et le peuple magache est prêt pour le « Struggle and Sacrifice » comme l’a dit le Président Barack Obama, le 20 janvier 2009. Because Marc Ravalomanana is a pure Outlaw qui ne respect, ne défend ni ne protège la Constitution malgache. Enfin, il ne pourra jamais mettre tout le monde en prison.

Madagascar, pays pauvre parmi les pauvres qui, pourtant, recèle des richesses sous-terraines qui n’existeront plus d’ici un quart de siècle pour les générations futures ; Grande île qui se permet d’exporter de l’eau douce et potable en Arabie Saoudite sera le numéro 1 du terrorisme d’Etat à travers le monde. Cela ne fait pas sourciller ce Louis XIV du Troisième Millénaire et sa cour dont l’un, en l’occurrence le ministre des Finances et du Budget, Hajanirina Razafinjatovo, n’a pas hésité à déclaré ce qui suit à la Tvm : « Le Président des Etats-Unis a bien un Force One et certains chefs d’Etat en ont même deux ». Bravo ! Mais pour Barack Obama, le démocrate, et Marc Ravalomanana, le capitaliste terroriste d’Etat, le combat pour un mieux-être de leur peuple respectif ne sera jamais le même.

« Nous, Malgaches, nous allons prendre notre destin en main », avait déclaré Marc Ravalomanana orbi urbi. Mais sa vraie pensée et la phrase complète est indéniablement : « Nous,

Robert Gabriel Mugabe qui n’a rien de l’ange… Gabriel

Malgaches, nous allons prendre notre destin en main avec l’argent des autres ». En malgache cela s’appelle « Kapoka tsy miala vola ». Moralité : donnez, donnez encore à ce terroriste d‘Etat qui ne se contrôle plus pour arriver à ses fins. Mais tout à une fin, justement, face à un peuple qui demeurera après lui. Reste à savoir, dès à présent, lorsque le moment arrivera : parviendra-t-il a réussir à s’enfuir sur son beau Boeing 737-700 à 60 millions de dollars dont on ignore d’où ils proviennent ? Aucune trace dans la loi des finances 2009. Cette somme représente les 70% du budget de la présidence malgache. Ensuite, pressé par le représentant du Fmi, le même ministre Hajanirina Razafinjatovo a répondu que la moitié a été payée par Ravalomanana. A qui, dès lors, appartient ce gadget ? Dernière information : selon Roland Ratsiraka, un ministre en exercice et un député l’a informé que la société Daewo Logistics « a avancé de l’argent pour l’acquisition de ce Boeing ». Voilà le résultat de la « transparence » et de l’imbécilité intelligente de dirigeants malgaches actuels. Radio trottoir est de retour. En tout cas, que dire de plus sinon que, récemment, un très haut responsable de ce groupe qui compte acheter des centaines de milliers d’hectares de terres arables malgaches étaient bien présent à Madagascar récemment. Ah ! Il sera superbe d’hypocrisie ce Sommet de l’Union africaine. Der des der : la radio Ravinala de Manakara vient d’être fermée

A présent, traducteurs anglicistes, au travail et merci au nom du peuple malgache. Personnellement, je suis convaincu que le Président démocrate Barack Obama n’ira plus cautionner ce régime terroriste et totalitaire jusqu’au bout de ses propres cauchemars (« nightmares »). Car Marc Ravalomanana est tout ce qu’on veut sauf un authentique démocrate. C’est un homme aux abois, de plus en plus isolé (plutôt qui s’isole), qui accumule tout ce qu’un homme sensé ne penserait même pas à faire. Enfin, rappelons-nous le président français Nicolas Sarkozy qui a dit, à Dakar : « Nous ne sommes pas responsables des dictateurs africains ». La France qui n’a même plus d’ambassadeur depuis le renvoi honteux de Gildas Le Lidec. Cela va finir par un retentissant : Marc Ravalomanana doit partir ! Au même titre que Robert Mugabe qui, s’il s’ancre à sa place, débarquera à l’aéroport d’Ivato, en juillet prochain. Mais qui l’applaudira ?

Jeannot Ramambazafy – Journaliste - www.madagate.com

17/12/2008

des terroristes d'opérette

00079.jpg

Des terroristes d'opérette

 

Depuis quand, les terroristes placent des bombes sans leur système de mise à feu ?

Depuis quand, les terroristes envoient un courrier pour prévenir qu'il y a une bombe à tel endroit ?

Qui sont réellement ces soi-disant terroristes du Front Révolutionnaire Afghan, dont personne n' a jamais entendu parler ?

Mais en fait, a qui profite le crime?

Sûrement pas à ces terroristes qui passent vraiment pour des blaireaux ou des terroristes vraiment cool avec infiniment de sollicitude. Wouah ! trop sympa les mecs, si, si vraiment !!!

 

Car pour moi un vrai terroriste tape quand il peut, où il peut et sans hésiter une seconde. C'est ce que j'ai retenu du 11 septembre et de bien d'autres attentats perpétrés dans le monde.

Je repose donc ma question : a qui profite le crime ?

Quoi qu'il en soit, le fait d'avoir choisi une date aussi prés de Noël et que la pseudo bombe soit dans un magasin, restera graver dans la tête de chacun. Une sorte de moyen psycho-technique mis en place pour conditionner le peuple à avoir peur et le préparer à une suite.

Mais laquelle?

 

Voici mes propositions :

Ne serait-ce pas encore une technique gouvernementale d'intimidation pour justifié un durcissement de la répression à venir dans notre pays?

Possible, quant on voit en ce moment, l' approche totalitaire du président Nicolas Sarkozy et les techniques d'intimidation de ses ministres et portes flingues dans son gouvernement.

Ou peut être pour mettre simplement en place, l'air de rien, la police à tous les coins de rues, en vue des futures émeutes qui nous attendent ?

A cause du fameux Mai 68 européen dont certains parlent déjà, après ce qui s'est passé dernièrement en Grèce.

Quoi que là, Sarko a plutôt fait calmer le jeu, en faisant reculé Darcos avec sa reforme sur les lycées, mais bon !

Ou encore, est-ce que tout cela, ne serait pas encore un coup médiatique de notre sarkozy pour asseoir et justifier l'envoi de nouvelles troupes françaises en Afghanistan prévu pour février 2009 , afin de préparer l'opinion publique française ?

Et si c'etait aussi pour nous faire croire que c'est une organisation terroriste d'extreme gauche ?

En tout cas,ce qui s'est passé aujourd'hui aura permis a Sarkozy, de faire une nouvelle petite phrase, en affirmant un peu plus son désir de combattre le terrorisme par tous les moyens.

Ce qui est tout à son honneur, sauf si on prend en compte mes propositions, plus haut.

Tout est possible avec lui, quant on connaît le bonhomme ! Eh oui SARKOZY, c'est notre BUSH à nous !

Et j'ai bien « peur » que le temps me donnera malheureusement raison.

A suivre...

 

00085.jpg

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu